/opinion/columnists
Navigation

Mila, la France et le blasphème

La jeune Mila
Capture d’écran, Twitter Quotidien La jeune Mila

Coup d'oeil sur cet article

Une étrange affaire secoue la France actuellement. Le 19 janvier, Mila, une jeune Française qui rêve de devenir chanteuse, échange avec ses abonnés Instagram. L’un d’entre eux, de confession musulmane, lui fait des avances. Elle refuse en expliquant qu’elle est lesbienne. Il riposte en la traitant de sale gouine. Elle se choque et se lance dans une diatribe particulièrement virulente et pas vraiment sophistiquée contre l’islam en particulier et contre les religions en général. 

Ses problèmes commencent. 

Très rapidement pleuvent les menaces de mort. Mila ne peut plus fréquenter son lycée, caractérisé par une forte présence de la « diversité ». Elle est déscolarisée de force. Et les autorités ne savent pas où la reloger. Sa vie est en danger. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Menaces  

Son crime, du point de vue de ceux qui la menacent ? Elle s’est rendue coupable de blasphème. Il faut parler de l’islam avec respect et même dévotion, ou ne pas en parler du tout. Sa vie, peu à peu, devient un enfer dont elle ne sait comment sortir. Seuls des menteurs peuvent soutenir qu’elle aurait connu le même sort si elle avait insulté ainsi le catholicisme. 

L’histoire continue : on pourrait s’attendre à ce que la classe politique se mobilise pour cette jeune femme. Erreur. Plusieurs politiciens se retournent contre elle en la traitant comme une adolescente provocatrice qui mériterait une bonne fessée. 

Il y a un mois encore, ils se disaient Charlie ? Se disent-ils Mila aujourd’hui ? Pas du tout ! On en trouve même pour expliquer que le blasphème n’est pas loin de relever du discours haineux. 

Les féministes les plus médiatiques se montrent aussi particulièrement silencieuses. Elles qui s’imaginent aujourd’hui qu’un regard un peu insistant relève de l’agression sexuelle et peut pousser au viol préfèrent se taire. Les menaces de mort contre une jeune femme qui a tenu des propos de comptoir contre l’islam sont apparemment bien moins graves. 

On l’aura compris, dans leur esprit, il y a deux poids, deux mesures. Si les menaces contre Mila venaient de jeunes hommes blancs, elles auraient déjà plaidé pour une grande manifestation contre le patriarcat. 

Cette affaire est révélatrice de la triste situation de la France et de l’Europe. Le multiculturalisme, l’immigration massive et l’islamisme ont beau multiplier les tensions identitaires et sociales, les élites médiatiques continuent de répéter que « la diversité est une richesse ». 

Soumission 

Les autorités de la République ont beau ne plus être capables d’assurer la sécurité et même la survie d’une jeune femme dans les écoles, on continue de nier que l’islamisme multiplie les territoires conquis. 

La France se voulait le pays de la liberté de conscience. C’était même celui de la joyeuse irrévérence devant les religions. 

C’est aujourd’hui un pays dont les élites sont tentées par la soumission à l’islamisme, comme si elles n’avaient pas le courage d’en défendre l’âme et les libertés. 

Mais les Français résistent. La jeune Mila fait preuve de courage. Celui qui manque aux politiciens.