/sports/hockey
Navigation

Troy Terry, le bourreau du Canada

L’attaquant américain revient sur la conquête de la médaille d’or des États-Unis au Mondial junior de 2017

Ducks c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Troy Terry fait régulièrement la navette entre les Ducks et les Gulls de San Diego.

Coup d'oeil sur cet article

Troy Terry a gagné la médaille d’or au Championnat du monde junior de 2017 avec l’équipe américaine. En finale, les États-Unis avaient triomphé du Canada 5 à 4 en tirs de barrage. 

Des dix patineurs envoyés pour cette fusillade, il y avait eu un seul marqueur. Terry avait déjoué Carter Hart pour briser le cœur des partisans au Centre Bell. 

Le gardien américain Taylor Parsons avait bloqué Dylan Strome, Mathew Barzal, Tyson Jost, Anthony Cirelli et Nicolas Roy. À l’autre bout de la patinoire, Hart avait réalisé des arrêts contre Colin White, Clayton Keller, Kieffer Bellows et Jeremy Bracco. Il y avait plusieurs gros noms à cette séance de tirs de barrage. 

De retour à Montréal

Un peu plus de trois ans après sa glorieuse expérience au Mondial junior, Terry a refoulé la glace du Centre Bell pour une première fois dans l’uniforme des Ducks d’Anaheim. 

« Le Championnat du monde junior en 2017 représente le plus beau moment de ma jeune carrière au hockey, a dit Terry en entrevue au Journal à quelques heures du match face au Canadien de Montréal. Je n’étais pas revenu à Montréal depuis le jour de la finale contre le Canada. Je trouvais ça spécial de me promener dans la ville mercredi. Je repensais à de beaux souvenirs. Même quand j’ai fait mon entrée au Centre Bell pour notre entraînement mercredi, je ressentais des émotions particulières. J’étais joyeux juste à l’idée de revoir cet aréna. Quand j’ai sauté sur la glace, j’ai repensé à cette finale et j’en avais des frissons.  

« C’était un moment assez fou, a-t-il poursuivi. Je ne m’attendais pas à vivre une aussi grosse dose d’adrénaline que de vivre une séance de tirs de barrage dans un match pour la médaille d’or. Et c’était contre le Canada au Canada. Je dirais qu’il s’agissait de l’environnement le plus hostile où j’ai joué un match de hockey. »

À ce tournoi, Terry avait servi de magicien pour les Américains en tirs de barrage. En demi-finale face à la Russie, il avait inscrit trois buts... lors d’une interminable fusillade. 

Solidaire de Comtois

À sa deuxième saison avec les Ducks, Terry a encore fait la navette entre San Diego dans la Ligue américaine et Anaheim dans la LNH. Il a joué plusieurs matchs cette saison en compagnie de Maxime Comtois. 

Si Terry a campé le rôle de héros au Mondial junior de 2017, Comtois avait vécu une expérience plus pénible lors de l’édition de 2019 avec Équipe Canada. 

En quarts de finale contre la Finlande, Comtois a raté un tir de punition en prolongation contre le gardien Ukko-Pekka Luukkonen. Le Canada avait finalement perdu ce match 2 à 1 en prolongation. Après l’élimination de l’équipe canadienne à ce tournoi qui se déroulait à Vancouver, Comtois avait été la cible d’insultes virulentes sur les réseaux sociaux. 

« Je n’ai jamais parlé directement avec Max de ce sujet, a affirmé Terry. Mais nous avions échangé sur nos expériences personnelles au Championnat du monde junior. Je sais que Max avait trouvé ça difficile de se faire critiquer sur les réseaux sociaux. Il ne méritait tellement pas ça. 

« C’est une réalité différente pour un Américain, a-t-il enchaîné. Le Mondial junior n’est pas un tournoi aussi gros chez nous. Au Canada, c’est immense. Quand j’ai participé à la fusillade en finale contre le Canada, je n’avais pas le poids d’un pays sur mes épaules. Je ne me retrouvais pas sous le microscope avec un pays au complet qui me regarde. Dans le cas de Max, il avait une bien plus grande pression. Il a traversé des moments sombres après l’élimination contre la Finlande en quarts de finale. Mais Max est fort mentalement. Il a grandi aussi de cette expérience négative. »

Le 16 janvier dernier, les Ducks ont renvoyé Comtois avec les Gulls de San Diego dans la Ligue américaine. Mais d’ici peu, Terry et Comtois seront des rouages importants dans la relance des Ducks.