/finance/business
Navigation

Explosion des plaintes contre les transporteurs aériens

Coup d'oeil sur cet article

Loin de diminuer, le nombre de plaintes de voyageurs mécontents des services de leur compagnie aérienne a littéralement explosé depuis la mi-décembre, a appris Le Journal.  

En seulement un mois, l’Office des transports du Canada (OTC), responsable de l’application de la nouvelle Charte des droits des voyageurs, a enregistré un total de 2128 plaintes pendant la seule période des Fêtes, comprise entre le 15 décembre et le 15 janvier derniers.   

C’est pas moins du double du nombre moyen de plaintes (1036 plaintes par mois) reçues mensuellement par l’OTC depuis juillet. En un seul mois, c’est aussi la moitié (50 %) de l’ensemble des plaintes enregistrées par l’organisme fédéral (4088 plaintes) au cours des cinq premiers mois d’application de la Charte (du 15 juillet au 15 décembre).   

Le mois dernier, Le Journal révélait qu’Air Canada était, au pays, la championne du nombre de plaintes logées par les voyageurs. Avec 1631 plaintes, l’entreprise était visée par près de 40 % des dossiers reçus.    

Ottawa encore plus discret  

Air Canada demeure-t-elle championne de l’insatisfaction des voyageurs au Canada ?    

Ses ratés, liés à l’implantation d’un nouveau système informatique sont-ils en cause ?    

Et sinon, qu’est-ce qui expliquerait une telle explosion des plaintes ?   

Sur toutes ces questions, l’équipe des communications de l’OTC demeure bouche cousue, ayant pris la décision de ne plus communiquer le nombre de plaintes reçues ventilées par objets et compagnies aériennes mises en cause.    

« Nous réfléchissons à la meilleure façon de communiquer ces données, a expliqué Martine Maltais, porte-parole de l’OTC. L’intérêt de la population et des médias est grand, mais il faut aussi comprendre que nous ne sommes pas des statisticiens. »   

Jusqu’à nouvel ordre, l’organisme se contentera donc de communiquer le total des plaintes reçues, sans répartition par objets ou par compagnies aériennes visées.    

Ces informations détaillées pourraient n’être dorénavant communiquées qu’une fois l’an, au moment de la publication des résultats de son exercice annuel, prenant fin le 31 mars de chaque année.