/misc
Navigation

Pete Buttigieg le mâle blanc privilégié

Pete Buttigieg le mâle blanc privilégié
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quand on s’intéresse à la politique américaine depuis longtemps, on s’attend à être déstabilisé assez régulièrement. La culture et l’histoire de ce grand pays me fascinent.   

En surveillant ce qui passait au New Hampshire, où se trouvent actuellement les candidats à l’investiture démocrate, je suis tombé sur des déclarations intrigantes d’activistes démocrates (certaines étant influentes en politique locale) qui soutiennent Elizabeth Warren.   

Jenn Alford-Teaster, par exemple, affirme que Mayor Pete, lorsqu'il s’est attribué la victoire le soir des caucus de l’Iowa, s’est comporté comme un homme blanc privilégié. Voici la citation exacte: «But he’s going to get away with it because that’s what happens when you’re a man. You can do whatever you want. For women, we’re held to a different standard and it’s demoralizing as a candidate and it’s demoralizing as a voter.»  

Elizabeth Warren «tire de l’arrière» dans la course et on s’attend à ce que ses partisans et elle passent à l’attaque. Des votes importants approchent à grands pas et elle ne peut laisser Pete Buttigieg ou Bernie Sanders s’éloigner sans réagir.  

J’avoue cependant que je ne m’attendais pas du tout à cet angle d’attaque. Buttigieg est un centriste, parfois même un conservateur, et ses propositions peuvent être aisément critiquées. Mayor Pete est jeune et inexpérimenté, un autre angle d’attaque qui me semble bien légitime.   

Je m’attendais aussi à ce qu’on étudie son éthique ou ses valeurs après la divulgation de la liste de clients de la firme de conseil pour laquelle il a déjà travaillé. Il me semblait pertinent de valider son éthique et ses valeurs.  

Jamais je ne me serais attendu à ce que le seul candidat gai et marié puisse être considéré comme le représentant des hommes blancs privilégiés et inconscients de leur statut. Sans être en mesure de vous présenter un bilan statistique étoffé sur ce sujet, je ne crois pas me tromper beaucoup si je vous dis que son orientation sexuelle et son état civil risquent à l’occasion de lui aliéner certains électeurs.   

Ce n’est pas la première fois que j’écris que les démocrates ont un véritable don pour se diviser et fournir des munitions à l’adversaire. Je ne nie surtout pas les revendications féministes et je considère que, même en 2020, il est trop souvent plus difficile pour une femme de s’imposer. Les femmes ne font pas encore jeu égal et je demeure convaincu que les standards en politique sont plus élevés pour elles que pour les hommes.  

Mais accuser Buttigieg? Je souhaite qu’on éclaire ma lanterne ou qu’on me fournisse de bons arguments pour étoffer ma réflexion, mais, pour l’instant, cette accusation me semble ridicule et contre-productive. Vivement qu’on mette à l’épreuve le caractère de ce candidat et la pertinence de ses propositions, mais évitons de le plonger dans un débat stérile dont personne au sein de la formation ne peut sortir vainqueur.  

Pete Buttigieg est confiant, il tente de gruger des votes et sa performance en Iowa est remarquable. Afficher de la confiance et mettre les autres au défi en étant audacieux serait typiquement masculin? Pourtant, je me réjouis de voir Elizabeth Warren défier tous ses concurrents et les rappeler à l’ordre vigoureusement pendant les débats. Minutieuse dans sa préparation, elle n’affiche aucun complexe et ne retient aucun coup. C’est parfait comme ça! 

Je perçois Mme Warren comme une candidate sérieuse dont je privilégierais la candidature à celle de Bernie Sanders si j’étais un progressiste américain. Warren est une vraie démocrate qui a démontré qu’elle pouvait jouer en équipe et être rassembleuse. Elle devrait éviter le piège dans lequel sont tombées ses activistes et éviter cet angle d’attaque contre un candidat qui pourrait également revendiquer que la situation est plus difficile pour lui que pour un hétérosexuel.