/opinion/blogs/columnists
Navigation

Quand un usurpateur se prend pour un chef d’État (2)

Quand un usurpateur se prend pour un chef d’État (2)
AFP

Coup d'oeil sur cet article

«Seulement ceux qui vivent à genoux voient leurs ennemis comme des géants.»  

- Che  

Force est d’admettre que la popularité du président Maduro est en hausse au Venezuela. Il fait maintenant figure d’un général en plein contrôle de la situation, qui a réussi à déjouer tous les complots jusqu’à maintenant et à sortir vainqueur des manigances les plus perfides organisées par Washington et ses satellites colombiens et brésiliens : putsch et attaques contre des installations militaires, accaparement de biens (nourriture et médicaments) de première nécessité, sabotages contre les installations pétrolières causant d’importantes baisses de production, contrebande à sa frontière colombienne, saisie de 40 milliards de dollars dans les comptes bancaires de l’entreprise pétrolière d’État PDVSA aux États-Unis, campagnes de désinformation et de diffamation sur les grands réseaux de presse à l’échelle internationale et diabolisation du président Maduro, intimidation active avec amendes millionnaires à l’encontre des bateaux et armateurs transportant du pétrole vénézuélien à Cuba, etc.  

Le Venezuela est un pays assiégé, tout comme l’est Cuba. Facile d’imaginer ce que cela peut signifier lorsque la plus puissante machine de guerre au monde s’en prend à un pays de son arrière-cour dont les richesses lui échappent. Le chaos tend à s’installer rapidement, sauf si le gouvernement décide de ne pas se mettre à genoux. C’est ce qu’a décidé de faire Maduro et manifestement, ça fonctionne, avec l’appui de la population.  

Ainsi, malgré tout, le gouvernement a poursuivi son programme d’aide à la population affectée par les sabotages et les pénuries. Les soins médicaux, y compris les soins dentaires sont gratuits et ils sont dispensés aux quatre coins de pays, y compris dans les endroits les plus reculés, grâce entre autres à la coopération des médecins cubains. En 2019, pas moins de 500 000 maisons ont été remises à des familles dans le besoin, portant le nombre à 3 000 000 d’unités depuis 2011. La production pétrolière, vitale pour l’économie du pays, a atteint en 2019 un million de barils par jour, malgré les fréquents sabotages, et elle devrait doubler en 2020. Ne pas oublier que le Venezuela abrite les plus importantes réserves de pétrole prouvées au monde, de quoi susciter tous les coups bas de l’empire.  

Le gouvernement vénézuélien n’abandonne surtout pas ceux qui sont victimes de cette guerre larvée et s’assure, par des mesures appropriées, que personne ne manque de nourriture et de soins adéquats. Ces gens vont défendre bec et ongle leur président, lors des prochaines élections présidentielles.  

Quels seront maintenant les plans de cet usurpateur de Guaido? Un affrontement direct, avec l’intervention de forces armées extérieures, puisque, par le passé, l’alliance civico-militaire (forces armées bolivariennes et milice populaire) a démontré sa fidélité au gouvernement Maduro? Une intervention soigneusement préparée par les stratèges du Pentagone. Or, ce mois-ci, la milice nationale populaire sera officiellement intégrée aux forces armées bolivariennes. Il sera d’autant plus difficile pour Guaido de tenter de soudoyer certains cadres des forces armées. Décidément, le président Nicolas Maduro est un fin stratège.