/travel/destinations
Navigation

Le Mexique joyeux

ÉVA 0208 Souvenirs de voyage
Photo collaboration spéciale, Gilles Proulx La danse est une activité sociale normale et populaire au Mexique, et la musique locale est omniprésente.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis des décennies, je m’étonne du fait que les Mexicains demeurent si authentiquement Mexicains malgré le voisinage des hyper influents Américains. Le contraste culturel est gigantesque et soudain d’un bord à l’autre de la frontière.

Le Mexique est un pays exceptionnel par sa puissance culturelle. C’est un pays de couleurs par contraste avec chez nous où il fait gris et froid. C’est un pays de musique où l’on ne passe pas son temps à écouter des « tounes » anglo-saxonnes. Pour nombre de pays latinos d’Amérique, le Mexique est un peu l’équivalent de ce que peut être l’Égypte pour les autres pays arabes (ou Paris pour la francophonie).

Il n’y a pas que Paris qui est une ville des amoureux. Ici, les romantiques jeunes gens en train de se bisouter tendrement sont aussi omniprésents que les policiers.
Photo collaboration spéciale, Gilles Proulx
Il n’y a pas que Paris qui est une ville des amoureux. Ici, les romantiques jeunes gens en train de se bisouter tendrement sont aussi omniprésents que les policiers.

Alors qu’au pays de Gilles Vigneault, l’hiver oblige à s’enfermer la plupart de temps la moitié de l’année, au Mexique on vit dehors à longueur d’année ! Partout, pas juste à Mexico, le tintamarre de musique et de bruit dure jusque tard le soir. N’essayez pas d’aller au lit avant 22 h ! Bref, voyager au Mexique, c’est énergisant. Même dans un petit village, on peut s’attendre à ce que ça chante et que ça danse. 

Rajoutez à cela la cuisine très élaborée et les plaisirs de la table, abordables qui plus est, viennent garantir un bon voyage.

Les demeures des Mexicains sont à l’image de leur esprit : colorées.
Photo collaboration spéciale, Gilles Proulx
Les demeures des Mexicains sont à l’image de leur esprit : colorées.

Dommage que le crime organisé soit si puissant dans ce merveilleux pays. Ces cartels qui ont par ailleurs partie liée avec nos « pégreux » québécois contrôlent et terrorisent des régions entières. Les riches s’enferment dans des immeubles imprenables de crainte de se faire kidnapper. Les pauvres sont parfois réduits à se criminaliser pour essayer de faire carrière. Le Mexique n’a donc pas que de bons côtés, loin de là... Mais toujours lorsque je reviens de là-bas, je me dis, c’est plus fort que moi, que nous sommes bien ennuyeux, nous les Québécois, en comparaison des Mexicains.