/news/politics
Navigation

Québec solidaire dénonce une «tempête» qui s’abat sur le réseau de l’éducation

Québec solidaire dénonce une «tempête» qui s’abat sur le réseau de l’éducation
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Après l’adoption sous bâillon du projet de loi 40, qui abolit les commissions scolaires, Québec solidaire (QS) a lancé un avertissement au gouvernement caquiste: la réforme de Jean-François Roberge est vouée à l'échec. 

«De la présentation du projet de loi jusqu'au bâillon, Jean-François Roberge nous a donné un bel avant-goût de sa définition de la décentralisation, a déclaré par communiqué samedi Christine Labrie, responsable solidaire en Éducation. Non seulement il se débarrasse des élus, mais les miettes laissées aux écoles n'arrivent pas à la cheville des pouvoirs qu'il s'accorde lui-même!» 

Mme Larbie est convaincue que la réalité va rattraper le ministre de l’Éducation, «comme on le voit en santé depuis la réforme Barrette», a-t-elle précisé. 

Christine Labrie s'est montrée particulièrement inquiète de l'impact de l'abolition des commissions scolaires dans les régions du Québec, où elles agissaient comme levier du développement et de la concertation régionale. 

«Après les coups de hache des libéraux dans la concertation, la CAQ fait taire une autre voix essentielle à l'autonomie régionale», a ajouté Mme Labrie. 

Dérive autoritaire à la CAQ

C’est la quatrième fois en 9 mois que le gouvernement de François Legault recourt au bâillon, a rappelé QS. 

Le recours au bâillon sert à éliminer un contre-pouvoir à l'autorité du premier ministre Legault et de son gouvernement, a pesté la responsable solidaire. 

«37% des votes, ça ne donne pas le droit de faire tout ce qu'on veut. En s'essuyant les pieds avec l'Assemblée nationale, les oppositions et tous les contre-pouvoirs qui osent se dresser sur son chemin, le premier ministre se comporte comme si le Québec était une monarchie élective», a dénoncé pour sa part le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois.