/maisonextra
Navigation

RMR de Québec: les prévisions de l’APCIQ pour 2020

Selon les prévisions de l’APCIQ, les ventes résidentielles devraient progresser de 8% au cours de 2020 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.
Photo Can Stock Photo / sashe Selon les prévisions de l’APCIQ, les ventes résidentielles devraient progresser de 8% au cours de 2020 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

D’après les prévisions émises par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), le marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec demeurera très dynamique en 2020. 

La région de Québec a enregistré un record de ventes en 2019. En fait, les 8307 transactions représentent une hausse de 16% en comparaison de l’année précédente. Il s’agit également de la plus forte hausse annuelle recensée, et ce, depuis l’an 2000, année où les données ont commencé à être compilées par la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers. Et selon l’APCIQ, les ventes vont continuer sur leur lancée en 2020 alors qu’elles devraient progresser de 8% pour atteindre 8950 transactions. Un net changement en regard des faibles augmentations des années précédentes. 

Pour expliquer ce regain, M. Charles Brant, économiste et directeur du Service de l’analyse du marché de l’APCIQ, dit qu’il faut retourner au début de la décennie, moment où les premiers resserrements hypothécaires sont entrés en vigueur. Après quoi, le ralentissement de l’activité économique entre 2014 et 2015, jumelé à la hausse de l’activité de construction, notamment du côté de la copropriété, ont eu pour effet de faire baisser le nombre de transactions et de hausser l’offre. Résultat: le marché est devenu un marché d’acheteurs et les ventes ont stagné. 

Les conditions de marché s’améliorent 

Dans la RMR de Québec, le marché est effectivement à l’avantage des acheteurs, tout comme dans la région de Saguenay d’ailleurs, ce qui contraste avec le reste de la province où le marché est plutôt fortement à l’avantage des vendeurs. «Les conditions de marché s’améliorent progressivement mais sûrement à Québec, ce qui était attendu depuis plusieurs années dans cette région. Tous les signes étaient là en 2019 pour indiquer que la reprise de l’activité est bien entamée sur le marché immobilier résidentiel de la RMR de Québec», mentionne M. Brant. 

D’ailleurs, la copropriété a repris du poil de la bête après plusieurs années plus difficiles. «Alors qu’en 2018 la copropriété affichait une stabilité des ventes pour la cinquième année consécutive dans la RMR de Québec, elle a volé la vedette au segment de l’unifamiliale en 2019, avec une hausse de 23% des transactions (1883 ventes) contre 15% pour l’unifamiliale (5842 ventes)», précise l’économiste.  

Si l’on se fie aux nombreux facteurs d’analyse, comme la bonne croissance économique de la région, l’évolution démographique et la situation de plein emploi, les conditions de marché devraient continuer de s’améliorer en 2020. 

Les prévisions pour 2020 

Selon l’APCIQ, 2020 sera prospère. «Le nombre de transactions dans la RMR de Québec devrait enregistrer un nouveau sommet de 8950 ventes en 2020, déclare Charles Brant. Dans ce contexte, les conditions de marché continueront de s’améliorer pour l’unifamiliale, qui devrait devenir favorable aux vendeurs dans certains secteurs, alors que les conditions de marché pour la copropriété glisseront progressivement vers l’équilibre dans certains secteurs.» L’économiste estime que cette évolution du marché devrait permettre une croissance des prix d’environ 4% pour l’unifamiliale, ce qui amènera le prix médian à 269 200$. Pour la copropriété, le prix médian devrait augmenter de près de 2%, pour s’établir à 195 100$.