/world/america
Navigation

Coronavirus: un réseau de fausses nouvelles démantelé en Hongrie

Coup d'oeil sur cet article

La police hongroise a indiqué, samedi, avoir démantelé un réseau de sites internet frauduleux qui prétendait que des Hongrois étaient morts du coronavirus, dans le seul but d’attirer du trafic et de gagner de l’argent. 

Un couple est soupçonné d’avoir «géré des douzaines de faux sites d’information et de pages Facebook répandant de fausses nouvelles», a indiqué la police sur son site internet.   

En illustration, la police a montré un de ces sites, qui titrait: «Une Hongroise de 37 ans est morte à Budapest, probablement du coronavirus».   

Des ordinateurs ont été saisis lors de plusieurs raids contre ces faussaires, qui ont eu lieu vendredi, ajoute le communiqué. Aucun cas de la maladie, qui fait les gros titres dans la presse du monde entier, n’a pour l’instant été signalé en Hongrie.  

Une Brésilienne arrêtée après une fausse alerte de coronavirus  

Une Brésilienne a été arrêtée à Rio de Janeiro après avoir simulé être atteinte de coronavirus pour tenter d’obtenir la priorité d’accès à des soins médicaux dans un dispensaire, a indiqué la police locale samedi. 

• À lire aussi: Il prétend avoir le coronavirus, son avion fait demi-tour 

La commissaire responsable du dossier a expliqué que Claudete Maria Rosa da Silva, 39 ans, s’est présentée vendredi soir à un dispensaire de Copacabana, quartier touristique du Sud de Rio, affirmant qu’elle souffrait de symptômes du nouveau coronavirus.     

Pour tenter de convaincre ses interlocuteurs, cette habitante de Rio a dit qu’elle revenait de Hong Kong, où elle avait travaillé comme nounou.     

L’équipe médicale s’est aussitôt mise en état d’alerte, mobilisant de nombreux professionnels de santé pendant plusieurs heures.     

La patiente a été amenée dans une pièce isolée et soumise à toute une batterie d’examens. Le ministère de la Santé a même été prévenu, comme le prévoit le protocole mis en place par les autorités sanitaires.     

Mais Claudete Maria Rosa da Silva a fini par être arrêtée par la police, après que des membres de sa famille aient révélé qu’en fait, elle n’avait jamais quitté le Brésil et n’était même pas en possession d’un passeport.     

Le nouveau coronavirus a déjà contaminé plus de 34 500 personnes et tué 722 patients en Chine continentale. 

Aucun cas n’a encore été confirmé en Amérique latine. Une trentaine de Brésiliens qui se trouvaient à Wuhan ont quitté la Chine vendredi et devraient atterrir dimanche matin à Anapolis, à 80 km de Brasilia, où ils seront placés en quarantaine pendant 18 jours dans une base militaire.