/news/society
Navigation

Une soirée en amoureux sur Peel

1959

« Majestic Cars » sur la rue Peel, juste au nord de Burnside (de Maisonneuve), vers 1959.
Photo collection personnelle d’Alfred Bohns « Majestic Cars » sur la rue Peel, juste au nord de Burnside (de Maisonneuve), vers 1959.

Coup d'oeil sur cet article

  

Aujourd'hui
Photo Ben Pelosse
Aujourd'hui

 

SORTIR EN CADILLAC  

« Majestic Cars » sur la rue Peel, juste au nord de Burnside (de Maisonneuve), vers 1959.
Photo collection personnelle d’Alfred Bohns

Cette flamboyante Cadillac 1959 a tout pour impressionner votre flamme à l’occasion d’un premier rendez-vous. Il faut dire que ce modèle deux portes Coupé DeVille aux ailerons dignes de la « batmobile » a de quoi faire tourner les têtes. C’est d’ailleurs en 1959 que l’iconique Cadillac se dote des ailerons les plus extravagants de son histoire. Durant la Deuxième Guerre mondiale, l’empennage de la queue des avions de chasse, notamment du fameux modèle Lockheed P-38 Lightning, aurait capté l’œil du designer en chef de General Motors, Harley Earl. Dès 1948, les premières ailes apparaissent sur les Cadillac. Adhérant à cette nouvelle mode, les constructeurs automobiles rivalisent d’audace au cours des années 1950. L’escalade atteint son apogée en 1959 alors que Harley Earl lance les derniers modèles de sa carrière : les Cadillac DeVille et Eldorado, à la ligne élancée et aux ailerons arrières en nageoires de poisson. Voiture fétiche d’Elvis Presley, la Cadillac est un symbole de la démesure des années 50.    

LA ROMA : RISTORANTE ECCELLENTE  

« Majestic Cars » sur la rue Peel, juste au nord de Burnside (de Maisonneuve), vers 1959.
Photo collection personnelle d’Alfred Bohns

« Les splendeurs de l’Empire romain pour les palais les plus fins » : voilà un endroit à Montréal où l’on se régale de bons plats italiens ! Ouvert vers 1959 sur la rue Peel, juste au nord de Burnside (De Maisonneuve), La Roma est le lieu parfait pour un verre ou un dîner agréable au son de la musique d’un habile pianiste. Dans ce lieu fréquenté par les gens bien en vue, le preneur aux livres Harry Ship croise la sulfureuse maîtresse allemande du ministre Pierre Sévigny, Gerda Munsinger, qui sera soupçonnée par la suite d’espionnage. En 1975, le restaurant est racheté et rouvre ses portes sous le nom de Roma Antiqua. Sous la nouvelle administration, le menu intègre des spécialités étrangères à l’Italie, telles que le caviar et le foie gras de Strasbourg. Vendu en 1982, le restaurant revient à son nom d’origine et à ses classiques : lasagne, linguine, ravioli, cannelloni et fettucine. Fermés en 1986, les locaux accueillent ensuite L’Orchidée de Chine, puis récemment, le restaurant coréen Woorijib.   

ARTISANAT, ANTIQUITÉS ET TAPIS  

« Majestic Cars » sur la rue Peel, juste au nord de Burnside (de Maisonneuve), vers 1959.
Photo collection personnelle d’Alfred Bohns

Si le restaurant La Roma est un nouveau venu sur Peel en 1959, certains de ses voisins occupent le secteur depuis plusieurs décennies. Ayant à cœur depuis 1906 de préserver et valoriser le savoir-faire traditionnel, la guilde canadienne d’artisanat vend au 2025, rue Peel des textiles du pays et des articles autochtones. Pour acheter votre horloge grand-père ou remettre à neuf votre vieux tapis ou en acheter un nouveau, la galerie d’antiquités Lyons et le magasin Anglo French Carpet sont à votre service. La pharmacie Peel Drug’s occupe au 2037 une maison au toit en fausse mansarde. Sans avoir le luxe d’une villa, ces demeures en rangée étaient, à l’origine, parfaites pour les familles d’entrepreneurs, d’universitaires et de marchands. Mais avec le développement de la rue Sainte-Catherine Ouest vers 1900, les résidences deviennent des commerces. Plusieurs sont même rasées pour faire place aux premiers gratte-ciel. Comme sur les rues avoisinantes, les façades anciennes de la rue Peel sont aujourd’hui en voies de disparition.