/weekend
Navigation

«Cet album-là va prouver que j’ai ma place dans l’industrie»

Ludovick Bourgeois
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Un hommage à son père n’était pas dans les plans de départ lorsque Ludovick Bourgeois a commencé à travailler sur son deuxième album. « Je n’avais pas nécessairement envie d’aller là », confie-t-il. Mais il a rapidement changé d’idée quand Ingrid St-Pierre lui a offert la ballade Le saut de l’ange. « Je n’avais pas le choix. Il fallait que je l’enregistre », se rappelle le chanteur. 

« Ce n’est pas instinctif pour moi d’aller dans des sphères plus privées de ma vie. Et ce n’est pas du tout mon genre de vouloir aller dans des trucs tristes non plus. Mais l’arrangement de la chanson n’est pas du tout mélancolique ou triste. Au contraire, c’est un hommage lumineux, positif », explique Ludovick Bourgeois en entretien au Journal

Ce n’est pas la première fois qu’Ingrid St-Pierre réussit à mettre les mots sur les épreuves qu’il traverse. En 2017, elle signait pour lui Sur ton épaule, alors que Patrick Bourgeois luttait contre le cancer. Il est finalement décédé quelques mois plus tard. 

« Ingrid et moi, on ne se connaît pas tant que ça. C’est complètement fou à quel point elle est capable de bien cerner des situations que je serais moi-même capable de transformer en chansons. Et je trouve ça beau que ça vienne d’elle, qui n’a pas le même univers que le mien. C’est un don extraordinaire qu’elle a », révèle le jeune chanteur. 

Road trip américain

Pour le reste, l’album 2 est presque entièrement le fruit d’un récent road trip, qui a mené Ludovick Bourgeois à travers la Californie, l’Arizona et l’Utah en compagnie de son complice musical — et réalisateur — Fred St-Gelais---. Les deux hommes en ont profité pour s’offrir une retraite d’écriture dans le parc national de Joshua Tree, célèbre pour avoir inspiré les Eagles et autres U2 de ce monde. 

L’expérience a été si marquante que le chanteur porte depuis un nouveau tatouage — un paysage désertique — sur l’avant-bras.

« C’est un lieu qui a tellement d’histoire en lien avec la musique. Je ne sais pas si c’est l’endroit lui-même qui est inspirant, mais c’est certain que ça nous a permis de nous éloigner de toute distraction. Et écrire des chansons devant un paysage aussi impressionnant, ça a donné un album plus lumineux. Je crois que ça se ressent », avance Ludovick Bourgeois. 

Une autre chose qui se ressent à l’écoute de 2 ? L’expérience acquise par le jeune chanteur. Ayant pris du galon — et de l’assurance — à titre d’auteur et de compositeur, il cosigne 9 des 11 titres de ce nouvel album, arrivé chez les disquaires hier. 

« De toute mon équipe, je suis le moins expérimenté — mes musiciens font ce métier-là depuis 20 ans ! –, alors ça me permet d’apprendre beaucoup, et très rapidement. Je me suis beaucoup impliqué dans l’écriture, alors je sens réellement que les chansons me collent vraiment à la peau », remarque-t-il.  

Prendre le temps

Autre différence marquante : le temps alloué à la création. Car ce 2 a bénéficié d’une période de gestation beaucoup plus longue que son offre précédente : son album éponyme avait atterri dans les bacs en octobre 2017, cinq mois après avoir remporté la cinquième saison de La Voix

« Cette fois-ci, on a pris notre temps. On a pris le temps de respirer, de jouer de la musique et de vivre pour s’assurer d’avoir les meilleures chansons possible », confie Ludovick Bourgeois.

« Je sens que cet album-là va prouver que j’ai ma place dans l’industrie. J’ai un bon feeling », conclut-il. 


L’album 2 est maintenant en vente.