/sports/hockey/canadien
Navigation

Chiarot: une nouvelle mission

Le défenseur obtient du temps de jeu en supériorité numérique en l'absence de Shea Weber

SPO-HOCKEY-CANADIENS-RED-WINGS
Photo Ben Pelosse Ben Chiarot s’est vu confier de nouvelles responsabilités à la ligne bleue du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

En 360 matchs dans la LNH, Ben Chiarot n’a toujours pas récolté un seul point en supériorité numérique. À ses cinq saisons avec les Jets de Winnipeg, le gros défenseur avait un temps de jeu moyen de deux secondes en situation d’avantage numérique. Bref, il ne touchait pas la glace en pareille situation.  

Avec la blessure au capitaine Shea Weber, une pièce cruciale de l’avantage numérique, Dominique Ducharme, Kirk Muller et Claude Julien ont déniché un remplaçant inusité en Chiarot.  

À son premier match cette saison sans Weber, Chiarot a passé 4 min 18 s en supériorité numérique face aux Ducks. En une seule soirée, il a surpassé son plus gros temps de jeu en une saison avec les Jets. Il avait joué 3 min 37 s en 70 matchs lors de la saison 2015-2016. 

Pour la visite des Maple Leafs samedi, le numéro 8 a encore hérité de responsabilités en avantage numérique.  

Depuis les mineures 

Avec seulement deux punitions pour les Leafs, il a terminé sa rencontre avec 41 secondes de temps de jeu à cinq contre quatre.  

« C’est pas mal nouveau pour moi, a reconnu Chiarot. Je n’ai pas joué en supériorité numérique depuis l’époque où je jouais dans les mineures. C’est un peu différent, mais c’est comme n’importe quoi : une fois que j’aurai acquis de l’expérience, que j’aurai pris mon erre d’aller et que j’aurai bien saisi le plan, je serai en mesure de bien me débrouiller. » 

« Kirk (Muller) m’envoie souvent sur la patinoire quand l’avantage numérique est sur le point de se terminer. Je prends souvent le 4e attaquant qui vient changer, ce qui me donne 10 à 15 secondes de temps de jeu en supériorité numérique. Donc, ça m’a permis de me “mouiller les pieds” un peu. Mais, c’est la première fois que je dois m’occuper des sorties de zone et que je dois installer le jeu en territoire adverse. C’est un peu plus de travail, mais je pense que je saurai m’habituer avec le temps. » 

En 54 matchs avec le Tricolore, Chiarot a montré un peu ses talents offensifs avec 17 points (7 buts, 10 passes).  

Rien depuis 2014-2015 

Chiarot n’a pas marqué un but en supériorité numérique depuis son passage avec les IceCaps de St-John’s en 2014-2015. Cette année-là, il avait touché la cible trois fois en 24 rencontres avec l’avantage d’un homme.  

À ses années dans la Ligue junior de l’Ontario, Chiarot restait aussi un arrière à caractère défensif. En 229 matchs avec le Storm de Guelph et les Wolves de Sudbury, il a inscrit un total de cinq buts en avantage numérique.  

Connaître l’autre réalité 

Questionné sur le défi que représente cette nouvelle responsabilité avec le CH, Chiarot a offert une réponse intéressante.  

« En supériorité numérique, tu fais l’erreur de penser que tu as plus de temps pour réagir. Ce n’est pas nécessairement le cas. Parfois, tu as un adversaire qui fonce rapidement sur toi. Ce n’est pas le genre de pression que tu reçois à forces égales. Le défi est de comprendre d’où la pression arrive, où sont les ouvertures et quelles sont les options, quand tirer, quand passer. Je dois m’habituer aux particularités de l’attaque massive. C’est la même chose quand tu n’es pas habitué à jouer en infériorité numérique. Au début, tu ne sais pas trop où te placer, à quel endroit poser ton bâton. » 

 S’il découvre la réalité du jeu en avantage numérique, Chiarot connaît depuis longtemps l’autre côté de la médaille. Il est très fiable en désavantage numérique.  

 « Jouer en infériorité numérique m’aide à comprendre ce que les joueurs en attaque massive peuvent faire pour rendre la vie difficile à ceux qui jouent en désavantage numérique, a-t-il répliqué. Quand les tirs arrivent de la pointe, tu dois te tourner pour faire face à ton filet. Ça crée le chaos. C’est ce qui rend la vie difficile à l’équipe qui se défend. C’est ce qu’on essaie de créer quand on est capable de s’installer et qu’on envoie des rondelles au filet. »