/news/health
Navigation

Navire en quarantaine et coronavirus: «Il faut que le gouvernement se réveille», implore la fille d'un couple de passagers

Coup d'oeil sur cet article

La fille d'un couple de Québécois à bord d'un navire de croisière en quarantaine dans le port de Yokohama en raison d'une épidémie de coronavirus implore Ottawa d'agir pour évacuer les Canadiens coincés sur le bateau. 

Chantal Ménard a expliqué, dimanche, que son père Bernard et sa mère Diane sont surtout touchés psychologiquement par les impacts de la quarantaine, eux qui sont confinés presque en tout temps dans leur cabine. 

«Ils sont sortis sur le pont seulement une heure dans toute la semaine. [...] Ils ne sont pas libres d'aller sur le pont prendre l'air quand ils veulent. C'est même pas une fois par jour», a raconté Mme Ménard au Québec matin, à LCN. 

Ces craintes sont exacerbées alors que de nouveaux cas de coronavirus sont régulièrement trouvés à bord du navire. «Hier, à minuit, on a appris qu'il y avait six nouveaux cas positifs. Ensuite, neuf autres cas ont été sortis du navire pour des raisons médicales inconnues», a expliqué Chantal Ménard. 

De plus, Diane Ménard a besoin de prendre des médicaments qui sont distribués au compte-gouttes par l'équipage du Diamond Princess Cruise. Malgré tout, ses parents tentent de garder le moral. «On les sent très nerveux, mais ce sont des gens assez forts, qui ne se découragent pas facilement», a vanté Chantal Ménard. 

Celle-ci réclame qu'Ottawa agisse rapidement dans ce dossier. «J'aimerais demander au [premier] ministre [François] Legault s'il peut m'aider à avoir des réponses du ministre [des Affaires étrangères François-Philippe] Champagne, parce qu'il y a plusieurs Québécois [...] qui sont sur ce bateau-là. [...] Est-ce qu'on peut les rapatrier? Est-ce qu'on peut leur offrir le même traitement que les ressortissants de Chine? Est-ce qu'on peut les amener à Vancouver, à Trenton?», a questionné Mme Ménard. 

«On n'est pas contre le fait qu'ils fassent une quarantaine. On veut juste qu'ils la fassent ailleurs. Je lance un cri du cœur. [...] Il faut que le gouvernement se réveille et aille chercher nos Canadiens. Le temps presse et chaque minute compte», a-t-elle poursuivi. 

Au cours de la dernière semaine, plus de 60 personnes à bord du navire ont été déclarées positives au nouveau coronavirus, sur quelque 3700 croisiéristes et membres d'équipage. Le bâtiment a été placé en quarantaine pour au moins 14 jours, soit jusqu'au 19 février.