/weekend
Navigation

Un tireur et son secret

Théo à jamais
Photo courtoisie Théo à jamais
Louise Dupré
Héliotrope
234 pages

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune Québécois, issu d’une famille au-dessus de tout soupçon de dérive, tire sur son père. Comment a-t-il pu en arriver là ?

Quand ils survivent à leur geste et sont arrêtés, les tireurs de masse affichent le même air fermé. Leur entourage, lui, témoigne de son incrédulité alors que les parents sont dévastés.

Louise Dupré, qui a exploré bien des facettes du mal, de la mort et de la disparition dans ses précédents textes romanesques et poétiques, s’est emparée de cette réalité pour bâtir un roman tout en finesse.

Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’épicentre de son drame se déroule au sud de la frontière, là où les tueries par armes à feu font pour ainsi dire partie du quotidien, donc touchent une foule de familles « ordinaires ».

Le jeune Théo accompagne son père, invité comme conférencier en Floride. Mais, choc !, il va tirer sur celui-ci au moment où il prend la parole à l’Université de Miami. Karl, le père, survit mais l’adolescent sera abattu par un gardien de sécurité.

Béatrice apprend tout ça de Montréal, au début du roman, dans un contexte bien particulier. Monteuse de profession, elle est justement en train de finaliser un documentaire sur les tueries de masse.

Béatrice n’est pas la mère de Théo, mais c’est tout comme. Elle est tombée amoureuse de Karl quinze ans plus tôt, alors qu’il devenait veuf avec deux très jeunes enfants. La cohabitation s’est faite sans heurts.

Mais depuis peu, Théo avait changé. Qui aurait pu croire toutefois qu’il commettrait un tel geste ? Aurait-il même tiré sur les étudiants s’il n’avait pas été tué ? 

« J’ai parfois eu peur qu’Elsa ou Théo ne se fassent enlever et assassiner, mais il ne m’est jamais venu à l’esprit qu’ils puissent donner la mort », note Béatrice, qui cherche dans l’écriture des réponses à son questionnement.

Car contrairement à Karl, qui était pourtant ciblé, Béatrice ne peut se décider à tourner la page. Forcément, il y a une raison au geste de Théo, des signes avant-coureurs, ça doit s’expliquer !

Et puis, pourquoi chacun ne réagit-il pas comme elle ?

Intelligence

Parce que l’éventail des réactions face à l’inexplicable est grand, ce que Louise Dupré démontre avec intelligence en ajoutant tout un fond de scène à son drame familial.

Ainsi, des membres de la famille de Karl, Allemand d’origine, ont connu les camps de concentration de la Deuxième Guerre mondiale. Béatrice, elle, a le souvenir d’un oncle qui avait été interné à Saint-Jean-de-Dieu, ce qui avait ébranlé toute la famille.

Comment affronter la colère, la honte, la pitié, le désespoir ? Comment comprendre, comment tenir debout ?

En même temps, il y a du soutien autour de Karl et Béatrice, et la force du couple qui s’appuie l’un sur l’autre est parfaitement rendue dans ce récit sensible.

La part sombre des humains ne peut pas faire oublier que la vie continue. Par petites touches, Louise Dupré fait entrer la lumière.