/entertainment/movies
Navigation

Fierté en Corée du Sud après le triomphe de « Parasite » aux Oscars

US-ENTERTAINMENT-FILM-OSCARS-AMPAS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Séoul | La joie, la fierté et une once d’incrédulité dominaient lundi en Corée du Sud après le triomphe aux Oscars du film sud-coréen Parasite , un cinéphile préconisant même de décréter un jour férié pour fêter cette moisson historique.  

• À lire aussi: Les Oscarzzzzzzzzzz 

• À lire aussi: Des Oscars inclusifs... malgré tout 

• À lire aussi: Oscars: Top 10 de la soirée  

• À lire aussi: Déception pour le court-métrage québécois «Brotherhood» aux Oscars 

Premier long-métrage en langue étrangère à obtenir le prix du «meilleur film», récompense phare d’Hollywood, Parasite a aussi raflé la statuette du meilleur scénario original, tandis que Bong Joon-ho a été sacré «meilleur réalisateur».  

Même le président Moon Jae-in s’est réjoui de ce triomphe en forme de reconnaissance internationale pour le cinéma sud-coréen.  

«Je fais part de ma gratitude (à M. Bong) en raison de cette fierté qui rejaillit sur la population (coréenne)», a déclaré M. Moon.  

«Je suis très fier du réalisateur Bong Joon-ho et des acteurs, ainsi que de toute l’équipe.»

  

  • Anaïs Guertin-Lacroix était à Dutrizac sur QUB radio: 

Parasite a ainsi déjoué tous les pronostics, notamment de ceux qui pensaient que l’Académie des Oscars, vivement critiquée pour le manque de diversité dans ses choix, jamais ne rendrait grâce à un film asiatique sous-titré en anglais.  

«Je suis en pleurs», écrivait un cinéphile sur Twitter. «Je suis tellement fier de Bong Joon-ho. C’est extraordinaire d’entendre un discours de remerciement en coréen.»  

«Ne devrait-on pas déclarer cette journée fériée», blaguait un autre.  

«Wow! Félicitations au réalisateur Bong, à l’équipe de #Parasite et au cinéma de la République de Corée», a twitté de son côté l’ambassadeur des États-Unis à Séoul, Harry Harris, en joignant à son message une photo de jjapaguri, un plat de nouille instantanée qui apparait dans le film.  

Darcy Paquet, critique de cinéma basé à Séoul qui a écrit les sous-titres en anglais de Parasite, a parlé d’un moment «irréel».  

«J’espère que tous les réalisateurs coréens partageront ce moment et seront fiers, parce que c’est le travail acharné et le professionnalisme de l’industrie du cinéma toute entière qui a permis que soit tourné un film comme Parasite.»  

La réalisatrice Kim So-young, qui avait présenté le film Barking Dogs de M. Bong aux organisateurs du Festival du film de Saint Sébastien en 2000, a estimé que cette victoire était «amplement méritée».  

«Je suis son travail depuis 20 ans et je peux affirmer qu’il est un vrai artiste», a-t-elle dit à l’AFP.  

«Je suis très heureuse en tant que réalisatrice sud-coréenne, car Bong a toujours été un collègue respecté qui n’a jamais cessé d’avoir une conscience sociale et d’être un citoyen engagé, même en dehors de l’industrie du cinéma.»