/misc
Navigation

Les femmes votent plus et elles votent démocrate

Les femmes votent plus et elles votent démocrate

Coup d'oeil sur cet article

Une courte entrée pour attirer votre attention vers un article de Derek Thompson.  

Thompson (The Atlantic) nous dévoile ou nous rappelle quelques statistiques à considérer en prévision de l’élection du 3 novembre. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à enregistrer leur vote (10 millions de plus à la dernière élection) et elles préfèrent généralement les propositions démocrates.    

L’équipe de réélection du président est à pied d’œuvre depuis un moment déjà et elle sait que Donald Trump reçoit moins de 40% des intentions de vote chez les femmes. Les démocrates jouissent ici d’un avantage certain. Peu importe l’identité du candidat ou de la candidate, nous savons déjà que rien ne sera ménagé pour demeurer dans les bonnes grâces de l’électorat féminin.    

En se penchant sur le vote des femmes, Thompson soutient que la hausse de la participation des femmes aux élections serait l'un des effets du baby-boom. Si bien sûr leur nombre augmente comme celui des hommes, c’est la culture qui change.    

Les jeunes femmes de la période seront plus nombreuses dans les collèges et les universités. Leur rôle évolue et on les retrouve de plus en plus sur le marché du travail. Contrairement aux femmes du 19e siècle et du début du 20e, se déplacer pour enregistrer leur vote n’est plus découragé. Ce changement des mentalités s’accompagne de la mobilisation des mouvements féministes et de la lutte pour la reconnaissance de l’égalité.    

Si l’augmentation de la participation des femmes trouve ses origines dans le baby-boom, ce sont les années Reagan qui marquent le début du mouvement vers le Parti démocrate.     

L’administration Reagan embrasse des positions plus conservatrices sur des enjeux qui affectent particulièrement la situation des femmes. Le Parti républicain cesse à compter de ce moment de combattre pour la reconnaissance de l’égalité des droits, il favorise le mouvement pro-vie et se rapproche des mouvements religieux qui déplorent les retombées du travail des femmes sur les valeurs familiales traditionnelles.    

Bien des années nous séparent du baby-boom ou de l’administration Reagan, pourtant on ne risque rien à prévoir que les femmes voteront encore majoritairement pour le Parti démocrate cette année. Le mouvement progressiste qui tire la formation politique sur sa gauche semble plaire à l’électorat féminin.    

À cet effet, Thompson relève que sur beaucoup de thèmes, les femmes sont généralement plus progressistes que les hommes. Cette réalité est particulièrement perceptible quand on aborde l’homosexualité, le recours à la force en politique étrangère ou les dépenses sociales.    

Si, comme je le pense, l’élection 2020 se jouera sur le taux de participation, les démocrates sont bien conscients qu’ils ne peuvent négliger le vote des femmes, mais le principal défi réside dans leur capacité à rejoindre les hommes plus conservateurs qui favorisent le Parti républicain.     

Tout semble nous ramener à ce choix difficile pour l’investiture démocrate: on y va pour Sanders et Warren ou on se dirige vers le centre avec les Buttigieg, Biden, Klobuchar ou Bloomberg?    

Pour compléter les informations présentées dans ce billet, je vous laisse un lien vers une étude de Dartmouth University. Pour le centenaire du droit de vote des femmes, on y effectue un survol de l’évolution du vote des femmes aux États-Unis. Vous cliquez ici.