/finance/pme
Navigation

Passer de l’ingénierie au design de manteaux de luxe

Trois frères confectionnent des vêtements d’hiver fabriqués à 100% au Canada

Manteaux Quartz
Photo courtoisie Les trois propriétaires de Quartz Co., Jean-Philippe, François-Xavier et Guillaume Robert, dans l’usine de Saint-Hyacinthe. Les frères Robert ont acquis l’entreprise en 2015.

Coup d'oeil sur cet article

L’hiver et le froid arrivent un peu trop vite pour plusieurs Québécois. Pour d’autres, c’est le grand bonheur. Notamment pour Jean-Philippe, François-Xavier et Guillaume Robert, trois frères ingénieurs qui connaissent un succès international avec leurs manteaux d’hiver haut de gamme. 

 Que s’est-il passé pour que de jeunes étudiants en génie se retrouvent à confectionner des manteaux ? 

« On avait lancé une entreprise de t-shirts et d’uniformes sportifs à l’université. C’est là qu’on a eu la piqûre. Moi, j’ai ensuite travaillé dans le luxe et j’ai pris le goût des produits bien faits », raconte Jean-Philippe Robert, président de Quartz Co. 

Un des manteaux d’hiver haut de gamme de la marque québécoise.
Photo courtoisie
Un des manteaux d’hiver haut de gamme de la marque québécoise.

Bon timing 

En 2015, les trois frères songent à démarrer une entreprise de manteaux. Le propriétaire de Manteaux Quartz Nature, établie à Saint-Hyacinthe, cherche de son côté à vendre son entreprise.  

« On a fait l’acquisition quelques mois plus tard. Quartz Nature possédait une excellente réputation pour la qualité de ses produits, on a donc gardé la technique de construction des manteaux. On a toutefois redessiné les modèles pour qu’ils soient un peu plus luxueux, adaptés à notre époque et appréciés par une clientèle internationale et plus urbaine », explique Jean-Philippe Robert. 

Aujourd’hui, Quartz Co. vend ses manteaux – fabriqués à 100 % au Canada avec des matériaux haut de gamme, comme du duvet de canard blanc éthique et traçable – au Japon, en France, en Allemagne, surtout, mais aussi en Norvège, Russie, Corée, Suisse... Dans des boutiques comme Ken Claude, Peek & Cloppenburg ou Baycrews, notamment. Et bien sûr, au Québec, dans les détaillants comme Atmosphère ou La Cordée. 

Une crédibilité grâce au froid 

Quartz Co. perce à l’international grâce notamment au froid glacial qui sévit pendant la moitié de l’année au Canada.  

« Au Japon, quand tu dis “un manteau d’hiver fait au Canada’’, tu as une crédibilité immédiate. C’est comme être Suisse et vendre une montre, ou être Italien et vendre des chaussures. Il y a un savoir-faire qui est là depuis longtemps, qui leur donne la garantie que le produit va en être un de bonne qualité », dit Jean-Philippe Robert. 

Récemment, l’entreprise a acquis des usines de couture, Les Confections Stroma à Montréal et Confection Bécotte à Victoriaville. Dans quel but ? « On faisait une partie des opérations en sous-traitance dans ces usines. Ça nous donne maintenant un meilleur contrôle des échéanciers, de la qualité et ça nous donne une meilleure base pour innover. Si tu n’es pas chez toi, c’est plus difficile d’implanter des processus d’amélioration continue et de mesurer des choses. Or, ce qu’on peut mesurer, on peut l’améliorer. C’est notre côté ingénieur ! » dit le PDG.  

Posséder ses propres usines permet également de recruter des gens et de mieux prévoir l’évolution des effectifs, ajoute-t-il. 

Car les trois frères ne sont pas rassasiés. Malgré un chiffre d’affaires en hausse de 40 % année après année depuis 2015, il reste bien des opportunités de croissance.  

« On est encore relativement petit dans le marché. Il y a encore beaucoup de magasins où on n’est pas présents encore ! » 

Quartz Co.  

  • 100 employés 
  • 3 usines (Saint-Hyacinthe, Victoriaville et Montréal)