/sports/hockey
Navigation

Le premier depuis Cam Neely?

David Pastrnak se dirige vers une saison de 50 buts

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-BOSTON-BRUINS
Photo d’archives S’il maintient la cadence actuelle, David Pastrnak terminera la saison avec 55 buts et 113 points.

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | David Pastrnak connaît Cam Neely dans son rôle de président des Bruins. L’attaquant tchèque n’a toutefois pas de souvenir de l’époque où Neely marquait plus de 50 buts avec ce même uniforme sur ses épaules.  

• À lire aussi: Une équipe bien rodée

À Boston, Neely a atteint trois fois le plateau magique des 50 buts. C’était en 1989-1990 (55 buts), 1990-1991 (51 buts) et 1993-1994 (50 buts). Né en République tchèque en 1996, Pastrnak a simplement vu des buts de l’ancien gros ailier des Bruins dans des montages vidéo sur YouTube.    

Il n’y a pas eu un seul marqueur de plus de 50 buts depuis 1994 avec les Bruins. Pastrnak pourrait remédier à la situation dès cette année. Avant le passage du Canadien au TD Garden, ce soir, l’ailier de 23 ans domine son équipe avec 38 buts et 78 points.  

S’il maintient un rythme aussi affolant, Pastrnak terminera l’année avec 55 buts et 113 points.  

Auteur d’une première saison de 100 points l’an dernier, Brad Marchand croit que son compagnon de trio réalisera l’exploit d’une saison de 50 buts, mais aussi de 100 points.  

« Il a le talent pour marquer 50 buts, je n’en doute pas, a affirmé Marchand en entrevue accordée au Journal. Il est encore plus confiant, plus fort et plus intelligent. Et il a juste 23 ans. Il sait également où il doit se placer sur la patinoire pour marquer. Il n’a pas peur d’aller dans des endroits où il faut payer le prix physiquement. » 

« La clé pour y arriver sera de rester en santé, a poursuivi Marchand. Il aurait cogné à la porte des 50 buts et des 100 points l’an dernier s’il avait joué 82 matchs. Si ma mémoire est bonne, il a fini avec près de 40 buts et près de 80 points en seulement
66 matchs la saison dernière. » 

Marchand a effectivement une bonne mémoire. L’an dernier, Pastrnak a marqué 38 buts et il a amassé 81 points en 66 rencontres.  

Courte liste 

Dans un autre coin du vestiaire des Bruins à leur complexe d’entraînement, Patrice Bergeron a aussi parlé de son ailier droit. 

« Oui, c’est un objectif réaliste pour David de marquer 50 buts et d’obtenir 100 points. S’il n’atteint pas les 100 points cette année, il le fera dans le futur. Il a un talent incroyable. Il s’améliore tous les ans, mais je dirais qu’il a franchi un pas encore plus grand cette année. On voit les résultats sur la glace. » 

Dans la riche histoire des Bruins, seulement cinq joueurs ont réussi une saison de 50 buts ou plus. En plus de Neely (trois fois), Rick Middleton, Phil Esposito (cinq fois), Ken Hodge et Johnny Bucyk l’ont aussi fait.  

« Tu y penses comme coéquipier, a dit Bergeron. C’est gros une saison de 50 buts. Si je peux pousser un peu pour lui, je le ferai. Mais la recette et la clé, c’est de jouer de la même façon. »  

« David est humble comme personne, a-t-il enchaîné. Sur la glace, il est aussi très généreux. Il a déjà 38 buts, mais il pourrait en avoir plus. Il a donné quelques buts dans des filets déserts à Brad et à moi. Quand tu ne penses pas juste à tes statistiques, tu finis par obtenir des récompenses. Nous voudrions le voir atteindre des plateaux importants sur le plan personnel, mais les statistiques d’équipe resteront toujours plus importantes à Boston. » 

Le collectif avant tout  

En bon capitaine, Zdeno Chara a aussi emprunté une partie du discours de Bergeron. Pour lui, les succès collectifs passeront bien avant les exploits personnels.  

« Quand tu gardes les objectifs de l’équipe en premier, ça devient encore plus intéressant si tu peux atteindre des objectifs personnels comme 50 buts ou 100 points, a mentionné Chara. Je sais que Pasta ne trichera pas pour y arriver. Il reste un joueur d’équipe, il veut d’abord gagner. 

David s’améliore dans tous les aspects de son jeu, a continué le géant de la ligne bleue. Il joue avec une très belle confiance. Il a les habiletés pour réussir des jeux à une très haute vitesse et sans avoir besoin de beaucoup d’espace. Il n’est pas juste un marqueur, il a aussi une belle vision du jeu et il peut donner des mises en échec. Si tu me poses la question, je te réponds sans hésiter qu’il n’arrête pas de s’améliorer. Et il a juste 23 ans. »