/finance/opinion/columnists
Navigation

Le Québec inc. en Bourse bat les principaux indices

Coup d'oeil sur cet article

L’indice phare du Québec inc. en Bourse, soit l’Indice Québec 30 (IQ-30), lequel représente les 30 grandes sociétés boursières dont le siège social est au Québec, a réussi à dépasser en 2019 la plupart des grands indices boursiers de par le monde.  

L’IQ-30 a rapporté un rendement (avant dividendes) de 21,3 % alors que le baromètre de la Bourse canadienne, le S&P/TSX de Toronto, progressait de 19,1 %. Cela représente en faveur des « gros titres » du Québec un écart de 2,2 points de pourcentage sur l’ensemble de la Bourse canadienne. 

  • ÉCOUTEZ la chronique de Michel Girard à l'émission Politiquement incorrect à QUB radio:

En dollars canadiens, il faut savoir que l’IQ-30 a même surpassé la performance du célèbre Dow Jones des 30 grandes industrielles américaines. Ce qui est en soi un tour de force compte tenu de la bulle boursière américaine. Le Dow Jones a progressé en 2019 de 16,5 %, soit 4,8 points de pourcentage de moins que notre indice québécois.  

Ailleurs dans le monde, tous les autres grands indices boursiers ont également affiché (en $ canadiens) un solide rendement l’an dernier :  

  • FTSE 100 de Londres : 11,1 % 
  • CAC 40 de Paris : 18,0 % 
  • DAX de Francfort : 17,8 % 
  • Nikkei 225 de Tokyo : 14,8 % 
  • Shanghai : 15,0 % 
  • MSCI Marchés émergents : 11,0 %  

Mais... comme vous pouvez le voir, notre « Indice Québec 30 » les a largement dominés. 

À vrai dire, notre indice québécois IQ-30 n’a été devancé au fil d’arrivée de 2019 que par les deux grands indices américains, le S&P 500 (22,8 %) et le Nasdaq (28,8 %) de la Bourse de New York. 

GRÂCE À QUI ? 

Des 30 compagnies qui composent l’IQ-30, c’est le titre d’Air Canada qui a enregistré l’an dernier la meilleure performance boursière. Le titre a bondi de 86,7 %. 

Cet envol boursier d’Air Canada est notamment attribuable à l’acquisition de Transat, le fleuron québécois des voyages vacances. Les investisseurs sont confiants que le Bureau de la concurrence Canada va donner son aval à cette transaction. 

Au deuxième rang des titres québécois les plus performants en Bourse l’an passé, on retrouve Cogeco Communications, qui a explosé de 72 %. Lors des trois dernières années, Cogeco Communications a poursuivi son expansion aux États-Unis en effectuant plusieurs acquisitions d’actifs (réseaux de fibres, licences d’utilisation du spectre dans des bandes passantes, etc.) par l’entremise de sa filiale Atlantic Broadband. 

C’est BRP, le fabricant des Ski-Doo, Sea-Doo, Can-Am et autres produits récréatifs, qui remporte la médaille de bronze avec une progression de 67,4 %. 

Je vous rappelle que l’actionnaire de contrôle de BRP, c’est la célèbre famille Beaudoin-Bombardier.  

Cette ancienne division de Bombardier a été privatisée en 2003 : les Beaudoin-Bombardier l’ont rachetée, avec l’aide d’un fonds américain et de la Caisse de dépôt. 

Aujourd’hui, BRP vaut 6,3 milliards de dollars en Bourse alors que la multinationale Bombardier n’en vaut plus que 3,5 milliards, tout en étant au bord du démantèlement.