/sports/opinion/columnists
Navigation

L’effet Thierry Henry

Impact de Montréal
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin Thierry Henry est prêt à tous les sacrifices et à tous les efforts pour arriver à ses fins.

Coup d'oeil sur cet article

C’est une formule éculée, mais elle s’impose en ce début de saison pour l’Impact de Montréal. Quel effet aura Thierry Henry sur le club et sur son groupe de joueurs ? Nul ne peut remettre en doute son embauche. L’arrivée de cet ancien grand joueur français est une nouvelle très positive pour le soccer au Québec.

D’un point de vue sportif, on a l’impression que la position d’entraîneur-chef du Bleu-blanc-noir est plus importante que jamais. Parce que le club a raté les éliminatoires au cours des trois dernières saisons et que l’effectif n’a pas connu de changement majeur, l’ingéniosité de Henry semble être l’élément qui pourrait offrir la plus grande marge de progression.

La bonne nouvelle, c’est que comme entraîneur, Henry a encore tout à prouver. Après un passage en demi-teinte avec l’AS Monaco, il veut assurément montrer à l’ensemble du monde du soccer qu’il est un meneur d’hommes de haut calibre. 

Peut-être pourra-t-il s’inspirer de son parcours de joueur pour se relancer ? Après un faux départ avec la Juventus de Turin, en Italie, Henry avait explosé en Angleterre pour devenir un immortel d’Arsenal, comme en témoigne une grandiose statue de bronze aux abords de son stade.

En somme, Henry est prêt à tous les sacrifices et à tous les efforts pour arriver à ses fins, son ambition n’a pas de limite. Pour l’Impact et le Québec en général, c’est ce qu’on appelle un « win-win ».  

Le révolutionnaire

En tant que joueur, Thierry Henry a connu une carrière intergalactique. Avec son entraîneur à Arsenal, Arsène Wenger, il a révolutionné sa position. Avec lui, l’attaquant ne se contentait pas d’engranger des buts, il constituait aussi le premier défenseur de son équipe. Plus question de paresse ou d’économie d’énergie quand l’équipe de Henry perdait le ballon. Le Français harcelait les défenseurs adverses pour le récupérer le plus rapidement possible.

Si sa carrière de joueur donne seulement un indice de ce que l’entraîneur exige de son groupe, c’est que tout le monde au sein de l’Impact devra mettre la main à la pâte, autant en défense qu’en attaque. 

D’un point de vue tactique, on s’attend, tel que promis en fin de saison dernière, à un XI montréalais plus offensif. 

Changement de philosophie

C’est donc un changement majeur de philosophie que devra opérer Henry parce que de ce point de vue, l’Impact était plutôt frileux l’an dernier. Ce sera toutefois plus difficile à négocier pour le nouveau pilote parce l’effectif est sensiblement le même que la saison dernière. En somme, il est difficile de déprogrammer les habitudes d’un groupe. 

Mais s’il en est un qui peut réussir, c’est bien Henry. Sa légende le précède et lui confère instantanément une aura de respect auprès des joueurs. Mais, je ne vous apprends rien, le métier d’entraîneur est d’une tout autre nature.

Est-il en mesure de transposer ses petits comme ses grands moments de joueur dans sa pratique quotidienne à Montréal ?

Parce que cette confiance presque aveugle que lui conféreront les joueurs aura vite fait son temps. Si les résultats, si la méthode et le tact ne sont pas au rendez-vous, ce capital de sympathie s’évanouira comme une peau de chagrin.

C’est la réalité du sport professionnel : les résultats font foi de tout.