/sports/soccer/impact
Navigation

Saga Piatti: Olivier Renard donne des réponses

Olivier Renard
Pierre-Paul Poulin / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain de l’annonce du départ d’Ignacio Piatti, le directeur sportif de l’Impact, Olivier Renard, a expliqué mardi que c’est seulement dans les derniers jours que des clubs argentins se sont ouvertement intéressés au capitaine montréalais.  

Finalement, une entente a été conclue avec San Lorenzo, où «Nacho» évoluait avant d’arriver chez l’Impact en 2014. L’ailier de 35 ans pourra donc rentrer chez lui au terme d’une saga qui, dans l’œil public, a semblé durer des semaines.  

«C'est vrai que l'épisode de “Nacho” a un peu été l'épisode de l'hiver ici», a indiqué Renard en entrevue à la chaîne TVA Sports à Tampa, où l’Impact poursuit son camp d’entraînement.  

«Je pense que ç’a pris du temps, c'est sûr, surtout pour les partisans. Je comprends très bien leur inquiétude, mais la situation était assez compliquée, quand même», a-t-il ajouté.  

Piatti a-t-il dit la vérité?  

Si Piatti avait publiquement dit, l’an dernier, qu’il était prêt à revenir avec l’Impact en 2020, soit il a menti, soit il a changé d’idée entre cette déclaration et le moment où le club a choisi d’activer son option pour la saison à venir.  

L’Impact, qui aimait le joueur et voulait le garder, n’avait pas hésité à se prévaloir de cette option à laquelle le club avait droit.  

«Après, c'est vrai que dès le premier rendez-vous, et au téléphone, il nous avait fait savoir sa grande envie de rentrer du côté familial, ce qui est un point très important, surtout par rapport à ce que “Nacho” lui-même a apporté à ce club, a expliqué Renard. Il fallait que l'Impact de Montréal écoute ses besoins.»  

Toutefois, Renard devait trouver un partenaire pour danser.  

«Ce qui a compliqué un peu la donne, c'est que ça fait seulement quelques jours qu'on a des contacts concrets avec des clubs qui voulaient “Nacho”, a-t-il révélé. C'est vrai que ç’a duré des semaines et des mois entiers par rapport à l'opinion publique, mais nous, en tant que club, il n'y avait personne qui nous contactait directement.»  

«C'est difficile de trouver une solution pour ton meilleur joueur, ou l'un de tes meilleurs joueurs, seulement sur l'aspect familial. Il n'y a pas de club derrière pour avoir un retour sur l'aspect sportif ou financier», a ajouté le Belge.  

 

Mauvais moment  

Le moment n’est peut-être pas le meilleur, puisque les huitièmes de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF s’amorceront dans huit jours. Mais enfin, l’entente est conclue.  

«Depuis 10 jours, il y a eu plusieurs solutions. On a travaillé pour et on a trouvé, je pense, la meilleure solution aussi bien pour lui que pour l'Impact», a souligné le directeur sportif, qui n’a pas donné de détails à savoir si l’Impact allait bel et bien obtenir un joueur en retour de Piatti.  

Par contre, il a assuré que Piatti allait éventuellement être remplacé dans l’effectif.  

«Tout le monde est au courant que “Nacho” est un joueur important, avec un salaire important, a-t-il rappelé. Il y a une certaine disponibilité qui se libère au plan financier. Donc, c'est à moi, avec le club, d'essayer de faire la meilleure chose possible pour amener de la qualité le plus vite possible.»  

La place internationale acquise mardi des Timbers de Portland est-elle un indice que ce dossier avance?  

«C'était une opportunité maintenant, ce n'est pas toujours facile de trouver des places plus tard. Je pense que dans les plans futurs, on risque d'en avoir besoin, a indiqué Renard. Donc, on a décidé de le faire maintenant.»