/sports/hockey/canadien
Navigation

Shea Weber absent de quatre à six semaines

Kings c. Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Il y avait autant d’enflure avec les rumeurs sur l’état de santé que de Shea Weber qu’il y en avait finalement sur sa cheville gauche.   

• À lire aussi: 7 acquisitions tardives qu’on a oubliées  

• À lire aussi: Paul Byron attend toujours  

Le réputé Bob McKenzie de TSN spéculait que sa saison était terminée, alors que Nick Kypreos, un ancien joueur de la LNH et ancien analyste à Sportsnet, avançait que sa carrière pourrait être compromise. 

Weber s’absentera finalement pour une période de quatre à six semaines en raison d’une entorse à la cheville gauche. Le Canadien a freiné la montée des rumeurs, il était grandement temps, en écrivant un communiqué à quelques heures de l’affrontement face aux Bruins au TD Garden, mercredi. 

«Avec l’enflure qui a diminué, ça nous a permis de mieux évaluer sa blessure, a expliqué Claude Julien après le revers de 4 à 1 contre les Bruins. Il y a avait beaucoup de rumeurs et on a voulu donner l’heure juste.»

Le capitaine du Canadien a rencontré le docteur Robert Anderson, mercredi à Green Bay, au Wisconsin. 

Le docteur Anderson avait opéré Weber en mars 2018 pour réparer des tendons à son pied gauche. 

Grosse tuile

Weber n’a pas joué depuis le 4 février contre les Devils au New Jersey. Il avait bloqué un tir de Wayne Simmonds durant ce match, mais Claude Julien a déjà dit que ce jeu n’était pas relié à sa blessure. 

Pour le CH, les chances d’une participation aux séries sont minimes. Sans Weber pour un minimum d’un mois, ça devient pratiquement irréalisable. Avant de se blesser, le colosse de 6 pi 4 po et 229 lb connaissait une bonne saison avec 34 points (13 buts, 21 passes) en 55 matchs. Il était aussi le joueur le plus utilisé par Julien avec un temps de jeu moyen de 24 min 18 s. 

Continuer d’y croire

« Ce n’est pas facile de perdre Shea, ce n’est pas un gars que tu peux remplacer, a noté le défenseur Marco Scandella. Mais nous avons quand même un bon groupe de défenseurs, des gars qui bougent bien la rondelle. Et avec Carey Price, tu as toujours des chances. Nous gardons ça un jour à la fois et nous continuerons d’y croire. »

C’était le message assez général dans le vestiaire du CH. Même sans le numéro 6, l’équipe continuera à se battre. Brendan Gallagher et Phillip Danault ont essentiellement tenu le même discours que Scandella.

Il s’agit de belles paroles... Mais la réalité reste bien différente. Le Tricolore est déjà trop loin dans la course aux séries. 

La perte de Weber risque d’offrir des réponses supplémentaires à Marc Bergevin. Le directeur général du Canadien attendait probablement encore quelques jours, question de connaître sa position au classement, avant d’afficher ses couleurs à la date limite des transactions du 24 février.

Sans vendre l’équipe de A à Z, Bergevin peut maintenant se concentrer sur un rôle de liquidateur.