/finance/news
Navigation

La bulle boursière autour de Tesla et d’Elon Musk

FILES-US-STOCKS-AUTOMOBILE-TESLA
Photo d’archives Le titre de l’entreprise dirigée par Elon Musk a encore grimpé de 3,10 $ US (0,40 %), hier. La fortune de Musk est passée de 20 milliards $ US à plus de 42 milliards $ US entre novembre 2019 et le 4 février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

« Apple, c’est tellement l’année dernière... Les milléniaux se tournent vers Tesla. »   

Ce titre accrocheur aperçu sur la chaîne de télé financière américaine CNBC résume bien l’engouement que suscite actuellement chez les jeunes investisseurs le titre de l’entreprise d’Elon Musk.  

Ça ressemble à cette frénésie dont a fait l’objet le Bitcoin il y a deux ou trois ans, ou encore au buzz entourant les sociétés du cannabis, plus récemment. Ça a mal tourné.   

Un titre qui explose  

Depuis juin, l’action de Tesla a bondi de... 400 %. En deux séances la semaine dernière, son prix a littéralement explosé, passant de 650 $ US à près de 890 $ US (à la clôture), avant de plonger de 17 % le lendemain. Il remonte depuis.  

Les investisseurs attribuent à Tesla une valeur de quelque 140 milliards de dollars (US), soit plus que Fiat Chrysler (26 milliards), Ford (32 milliards) et GM (49 milliards) réunies.   

Est-ce une bulle ?   

À l’image de son fondateur, Tesla est une entreprise audacieuse et inspirante. Du point de vue technologique, elle révolutionne littéralement l’industrie. On l’en remercie.   

Est-ce que cela justifie pour autant sa valeur boursière ? La société d’Elon Musk n’a jamais terminé une seule année financière autrement que dans le rouge. Malgré des améliorations observées récemment dans ses usines, l’entreprise reste aux prises avec des problèmes de production chroniques.   

Tesla comparée à Apple  

En 2019, pour chaque véhicule vendu par Tesla, GM en a vendu... 21. C’est vrai, l’entreprise se positionne dans le créneau de luxe.  

Certains ne manquent pas de la comparer avec Apple, dont les iPhone et les Mac, plus chers, ne représentent qu’une fraction des ventes mondiales des appareils Android ou des ordinateurs fonctionnant sous Windows. Dans les marchés développés, ils n’en restent pas moins des produits de masse sur lesquels Apple génère près de 40 % de profits.   

Les obstacles sur la route de Tesla  

Pour acheter des actions de Tesla au prix actuel, il faut raisonnablement croire en la capacité de l’entreprise à vendre beaucoup plus de voitures, sur lesquelles elle devra dégager de bonnes marges, et ce, dans un avenir assez proche.   

Ce n’est pas évident. Concevoir, construire et vendre des autos, c’est lourd et complexe.  

Il faudra aussi que le marché évolue en sa faveur. La voiture électrique suscite beaucoup d’espoir, mais elle ne résoudra pas les problèmes de transport. Elle ne décongestionnera pas les ponts et ne générera pas nécessairement moins de gaz à effet de serre.   

À supposer que la voiture électrique domine un jour les routes, ce ne sera pas demain la veille. Les prix devront baisser. Des infrastructures pour accommoder ce parc automobile devront être construites. Durant tout ce temps, Tesla devra maintenir son avance technologique dans un marché très compétitif.  

Voilà un peu les obstacles que Tesla devra surmonter pour que sa valeur boursière soit justifiée.   

Bonne chance !