/news/politics
Navigation

Opposition au gazoduc: Trudeau plaide un règlement rapide et paisible

Coup d'oeil sur cet article

Évoquant la règle de droit, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a insisté mercredi pour que les lois soient respectées dans le dossier des blocages de voies ferrées qui se multiplient un peu partout au pays relativement au projet de gazoduc Coastal GasLink, dans le nord de la Colombie-Britannique.  

En visite à Dakar, au Sénégal, M. Trudeau a commenté le sujet. «Nous sommes une démocratie qui va toujours défendre le droit de manifester de façon paisible, mais nous sommes aussi un pays de la règle de droit et c’est important que toutes les lois soient respectées», a-t-il dit.     

Le chef libéral a également appelé les parties au dialogue pour que le «conflit se règle de façon paisible, rapidement».     

Les manifestations d'autochtones opposés au gazoduc Coastal GasLink se poursuivent dans trois provinces, notamment au Québec, où des Mohawks de Kahnawake, en Montérégie, bloquent les voies ferrées du Canadien Pacifique (CP) en solidarité avec la nation wet’suwet’en. Cette dernière proteste contre le projet de gazoduc que soutient le gouvernement de la Colombie-Britannique.     

Service interrompu   

Le service de train de banlieue de la ligne reliant Candiac à Montréal est interrompu mercredi pour une troisième journée consécutive, et ce, jusqu’à nouvel ordre.     

Le service de train de passagers est également perturbé en Ontario. VIA Rail a annulé tous les départs, jusqu’à jeudi en fin de journée, pour les trajets Montréal-Toronto et Toronto-Ottawa, dans les deux directions.     

Le Canadien National (CN), à qui appartiennent les rails sur lesquels circulent les trains de VIA Rail, a obtenu une injonction pour déplacer les manifestants, mais la Police provinciale de l'Ontario n'est pas intervenue.     

 

 

Québec et Ottawa se renvoient la balle   

Ce blocus est une intrusion, un geste illégal, dit Ottawa, mais c'est aux provinces de faire respecter la loi.     

À Québec, le premier ministre François Legault est persuadé qu'Ottawa a son rôle à jouer. «On a communiqué avec le gouvernement fédéral. Je pense que le gouvernement fédéral a une responsabilité, avec Joe Norton et leur nation. Donc, on doit régler ce problème-là», a dit le chef caquiste, craignant une nouvelle pénurie de propane qui affecterait les agriculteurs.     

L'opposition officielle exige aussi une intervention du fédéral.    

  • À VOIR AUSSI : La pollution de l’air coûte 50 milliards au Canada annuellement