/qubradio
Navigation

Blocage de voies ferrées: «on fait ça pour tout le monde» dit Constant Awashish, le Grand chef du Conseil de la nation atikamekw

Blocage de voies ferrées: «on fait ça pour tout le monde» dit Constant Awashish, le Grand chef du Conseil de la nation atikamekw
TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

S’il comprend la frustration des usagers des différents réseaux ferroviaires à travers le Canada relativement aux déplacements qui sont perturbés depuis quelques jours, le Grand chef du Conseil de la nation atikamekw croit que la population doit aussi être consciente des enjeux auxquels les manifestants autochtones font face. 

«Quand ils font ça, oui ils pensent aux territoires, mais quand ils font ça, ils pensent aussi à vos descendants canadiens ou québécois. On ne fait pas juste ça pour nous autres, on fait ça pour tout le monde», a déclaré Constant Awashish à l’émission Les Effrontées de QUB radio, jeudi.  

Écoutez l'entrevue complète ici: 

Les militants qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique dénoncent que le chantier se déroule sur un territoire ancestral de la Première Nation de Wet’suwet’en, en plus de comporter des risques environnementaux majeurs.  

Les manifestations de soutien en cours à travers le pays perturbent par ailleurs le service ferroviaire entre Candiac et le centre-ville de Montréal. Le service est annulé pour une durée indéterminée.  

Un problème de communication 

Constant Awashish entrevoit d’un bon œil l’invitation du ministre fédéral des Services aux autochtones, Marc Miller, qui souhaite discuter samedi avec les communautés mohawks de Tyendinaga.  

«L’exercice qui s’est passé, c’est une bonne démonstration qu’il y a eu un manquement au niveau de la communication et je pense que ça ne peut pas être mieux que de commencer à communiquer et d’essayer de se comprendre l’un et l’autre», a-t-il indiqué.  

Rien pour briser les préjugés 

Pour le jeune leader autochtone, la présente discorde n'aidera en rien à combattre les préjugés véhiculés envers sa communauté.  

«C’est une situation inconfortable de mon point de vue; moi qui essaie de reconstruire les ponts, moi qui essaie de travailler tous les jours pour justement redonner la confiance, faire tomber la peur que les gens ont des autochtones, faire tomber tous les mythes que les gens ont sur les autochtones», a mentionné celui qui souhaite être solidaire aux chefs héréditaires.  

Archives: Le grand chef Constant Awashish de la nation Atikamekw en septembre 2014.
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI
Archives: Le grand chef Constant Awashish de la nation Atikamekw en septembre 2014.

L’entrepreneuriat chez les autochtones 

De passage à Montréal dans le cadre de l’Expo Entrepreneurs, Constant Awashish a également partagé ses préoccupations entourant l’entrepreneuriat dans les communautés autochtones.  

«On a beaucoup de manque à gagner à tous les niveaux, que ce soit au niveau de l’éducation, de la santé et la raison pour laquelle j’étais là hier, c’est également au niveau de l’entrepreneuriat», a-t-il dit.  

Il a aussi insisté sur le manque de soutien reçu par les institutions financières. «On ne peut pas aller chercher des hypothèques, encore avec le problème avec la Loi sur les Indiens. 

Nos biens ne peuvent pas être saisis dans la réserve, mais on n’a pas de biens. On ne possède pas les biens, ça appartient à l’État. Pour une banque, c’est difficile d’avoir une garantie», a expliqué M. Awashish.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions