/finance/business
Navigation

Bombardier chute en Bourse

Bombardier chute en Bourse
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’action de Bombardier perdait plus de 8 % à la Bourse de Toronto, jeudi matin, en raison vraisemblablement du fait que l’entreprise n’a pas annoncé la vente de ses activités ferroviaires à la multinationale française Alstom, comme s’y attendaient plusieurs investisseurs.

• À lire aussi: Lourde perte pour le placement de Québec dans l’A220

• À lire aussi: Bombardier cède sa participation dans Airbus Canada à Airbus et au Québec

Vers 9h45, le titre s’échangeait à 1,44 $, en baisse de 8,3 %. Hier, il avait gagné plus de 10 % sur la base de rumeurs d’une transaction imminente avec Alstom. 

Selon le quotidien économique allemand Handelsblatt, Alstom serait prêt à payer jusqu’à 10 milliards $ pour Bombardier Transport, la division ferroviaire du groupe québécois. 

Résultats 2019 

Bombardier a subi une perte nette de 1,6 milliard $ US en 2019, un résultat qui s’explique surtout par une forte dépréciation de sa participation dans les avions A220, anciennement connus sous le nom de C Series. 

La dépréciation liée à l’A220 s’élève à près de 1,6 milliard $ US, soit plus des trois-quarts de la valeur que Bombardier attribuait à ses intérêts de 33,7 % dans le programme. 

En 2018, Bombardier avait engrangé des profits nets de 318 millions $ US. 

Au quatrième trimestre, Bombardier a enregistré de revenus de 4,2 milliards $ US, en baisse de 2,3 % par rapport à la même période de 2018. La perte nette du trimestre atteint 1,7 milliard $ US, toujours en raison de la dépréciation liée à l’A220. 

Pour l’ensemble de 2019, le chiffre d’affaires de Bombardier s’est élevé à 15,8 milliards $ US, en baisse de 3 % par rapport aux 16,2 milliards $ US enregistrés en 2018. 

En 2019, le nombre total d’employés de Bombardier est passé de 67 800 à 60 600, une baisse de près de 11 %. Le recul s’explique par des ventes d’actifs, notamment le programme d’avions Q400, et par des licenciements.