/news/politics
Navigation

Le ministre fédéral des Services aux autochtones veut rencontrer des Mohawks qui bloquent les voies du CN

Marc Miller
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le ministre fédéral des Services aux autochtones, Marc Miller, souhaite rencontrer samedi les communautés mohawks de Tyendinaga, qui bloquent la circulation de trains de passagers et de cargaisons depuis huit jours. 

«Ma demande, que je vous prie de bien vouloir considérer, est de mettre fin à la protestation et aux barricades sur les voies ferrées dès que possible», émet-il comme condition dans un courriel envoyé dans la nuit de mercredi à jeudi aux représentants de trois groupes autochtones. 

Ceux-ci empêchent le passage de trains dans le couloir du Canadien National (CN), près de Belleville, dans le sud de l’Ontario. Le CN ne dispose d'aucun autre tronçon ferroviaire dans cette région et ne peut donc plus transporter aucune marchandise entre l'Est et l'Ouest du pays, ainsi qu'entre l'Est et le Midwest américain. 

«J'espère que vous accepterez cette offre et que nous pourrons nous rencontrer dans un esprit de paix et de coopération, qui guideront nos relations», a indiqué le ministre Miller dans son courriel qu’il a diffusé sur sa page Facebook, jeudi avant-midi. 

Une foule de blocus ont cours au pays en solidarité à la communauté Wet'suwet'en, où des militants s'opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, en Colombie-Britannique. 

Les trains de VIA Rail sont aussi paralysés. À ce jour, quelque 42 000 passagers des lignes Montréal-Toronto, Ottawa-Toronto et Kingston-Toronto ont dû se rabattre sur un autre moyen de transport pour se rendre à destination. 

Le premier ministre québécois François Legault a de nouveau montré des signes d’inquiétudes et interpellé son homologue fédéral. «On parle d’un gazoduc en Colombie-Britannique. C’est à Justin Trudeau de régler le problème», a-t-il dit en insistant sur les répercussions tant au Québec qu’en Ontario. 

M. Legault s’est entretenu avec le premier ministre ontarien Doug Ford, mercredi soir. Il souhaite que l’Ontario se joigne à un comité mixte entre Québec et le fédéral qui se penche sur cet enjeu. 

-Avec la collaboration de Vincent Larin