/entertainment/stage
Navigation

[PHOTOS] Les Voisins est revisitée de belle façon pour son 40e anniversaire

Guy Jodoin et Jean-Michel Anctil jouent les rôles des voisins Bernard et Georges dans la comédie culte Les Voisins, à l’affiche à la Salle Albert-Rousseau.
Photo Didier Debusschère Guy Jodoin et Jean-Michel Anctil jouent les rôles des voisins Bernard et Georges dans la comédie culte Les Voisins, à l’affiche à la Salle Albert-Rousseau.

Coup d'oeil sur cet article

Quarante ans après sa création, la comédie culte Les Voisins est toujours très efficace. Elle a, bien sûr, vieilli un peu, mais les répliques absurdes écrites par le duo Meunier et Saia font toujours beaucoup d’effet. 

À l’affiche, vendredi, pour une série de quatre représentations à guichets fermés à la Salle Albert-Rousseau, Les Voisins raconte l’histoire de trois couples qui se parlent sans se parler. Ils discutent de banalités pour meubler le temps et l’ennui et se retrouvent pour une soirée de visionnement de diapositives de voyage qui ne se terminera pas très bien.  

Guy Jodoin et Jean-Michel Anctil jouent les rôles des voisins Bernard et Georges dans la comédie culte Les Voisins, à l’affiche à la Salle Albert-Rousseau.
Photo Didier Debusschère

Les répliques sont souvent complètement absurdes et livrées par une solide distribution où l’on retrouve Jean-Michel Anctil, Marilyse Bourque, Catherine Brunet, Pierre-Luc Funk, Guy Jodoin, Brigitte Lafleur, Rémi-Pierre Paquin et Marie-Chantal Perron. 

Des acteurs qui utilisent parfois le jeu physique, à travers leurs dialogues souvent insensés, pour magnifier le rire. On rit pour les répliques. On rit aussi pour le jeu physique. L’équilibre est présent. 

Guy Jodoin et Jean-Michel Anctil jouent les rôles des voisins Bernard et Georges dans la comédie culte Les Voisins, à l’affiche à la Salle Albert-Rousseau.
Photo Didier Debusschère

André Robitaille, qui signe la mise en scène, a choisi de ne pas dénaturer la pièce pour son 40e anniversaire et de la situer dans les années 80, références musicales et sac d’épicerie «Steinberg» inclus. 

Les banlieusards

On a même droit à un clin d’œil fort amusant, lorsque Luce (Marilyse Bourque) fait une référence au personnage de Bidou Laloge, des Pays d’en haut, lorsqu’elle demande à son conjoint, Fernand (Rémi-Pierre Paquin), de lui donner de l’argent pour aller au supermarché.

Guy Jodoin et Jean-Michel Anctil jouent les rôles des voisins Bernard et Georges dans la comédie culte Les Voisins, à l’affiche à la Salle Albert-Rousseau.
Photo Didier Debusschère

Les Voisins, c’est aussi le portrait d’une autre époque, avec les références sexistes que l’on pouvait y entendre et les incompréhensions caricaturales entre les deux sexes. 

«On parle de quoi avec les femmes?» demande Junior, très bon Pierre-Luc Funk, à son père, Georges (Jean-Michel Anctil), incapable de répondre. 

Guy Jodoin et Jean-Michel Anctil jouent les rôles des voisins Bernard et Georges dans la comédie culte Les Voisins, à l’affiche à la Salle Albert-Rousseau.
Photo Didier Debusschère

Oui, la comédie culte a vieilli un peu. On ne peut pas dire le contraire, mais certaines répliques, avec toute leur absurdité, font toujours effet. Les Voisins est un beau voyage dans un monde de plus en plus lointain et dans un classique du théâtre québécois qu’il fait bon de revoir. 

Une soirée où le public s’est levé d’un bloc pour une chaleureuse ovation en cette soirée de la Saint-Valentin.   


Les Voisins seront de retour pour 13 représentations à la Salle Albert-Rousseau entre le 10 et le 25 juillet.