/opinion/blogs/columnists
Navigation

Imaginez une gauche joyeuse et décomplexée

Coup d'oeil sur cet article

Si, comme moi, vous en avez ras-le-bol de Québec solidaire et de son appropriation honteuse des idées progressistes, de la solidarité et, en général, des nobles idées de gauche, si vous êtes tannés de ces visages crispés et autoritaires qu’on retrouve chez les dirigeants de QS, cette chronique est pour vous. Si vous ne vous reconnaissez pas dans cette formation politique fourre-tout, si vous refusez qu’on vous qualifie de droite ou qu’on vous traite de raciste parce que vous êtes pour un Québec libre, indépendant et laïque, alors nous sommes faits pour nous entendre, au-delà de divergences normales qu’implique toute prise de position.  

Imaginez une vraie gauche, non sectaire, non doctrinaire, non dogmatique, non intersectionnelle. Une gauche qui dit que les théories doivent s’adapter à la réalité, et non le contraire. Une gauche qui n’exclut personne (je ne veux pas dire le mot « ouvert », terme tellement galvaudé et utilisé à toutes les sauces par les curés de la rectitude politique).  

Imaginez une gauche laïque joyeuse, où serait banni le charabia en usage dans les organisations de défense des soi-disant victimes de la majorité blanche et francophone où l’on se complaît dans une division des genres, sous-genres et sous-sous-genres, sans aucun bon sens. Une gauche où il n’y aurait que des femmes et des hommes, point. Peu importe leur orientation sexuelle, leurs origines et la couleur de leur peau. Une gauche sans jargon pour initiés seulement et qui n’a rien de post-moderne.  

Imaginez une gauche qui ne serait pas une chapelle, avec ses curés, ses thuriféraires et ses dévôts censeurs qui font la chassent à ceux qui ne pensent pas comme eux sur les réseaux sociaux. Une gauche où il serait permis de se tromper et de s’excuser, s’il le faut, sans que les petits commandos des bien-pensants nous tombent dessus et entachent notre réputation à jamais avec toutes sortes d’accusations odieuses. Une gauche qui exclurait la violence, physique et verbale, dans les rapports sociaux.  

Une gauche où il n’y aurait qu’un seul chef ou une seule cheffe, élu à la majorité pour un terme donné.  

Une gauche qui rassemblerait sous un même chapeau ceux et celles qui partagent les grands principes de la social-démocratie à la québécoise, comme on dit social-démocratie à la suédoise, dont une meilleure répartition de la richesse, l’égalité des hommes et des femmes, la laïcité et la participation de l’État à la construction du mieux-être collectif à travers ses institutions.  

Une gauche nationaliste qui réunirait tous ceux et celles qui croient que pour arriver à plus de justice et d’équité, il faut absolument maîtriser tous nos leviers économiques, politiques et sociaux, assurer la mainmise sur nos ressources naturelles, le respect de nos frontières, le contrôle de notre immigration. C’est-à-dire se donner les moyens d’adopter les grandes lignes de notre développement économique. C’est-à-dire se donner un pays totalement souverain. Pas un pays à demi souverain.  

Ce Québec souverain de langue française siégerait à l’ONU parmi le concert des nations, s’adresserait aux plus hautes instances internationales pour récupérer le Labrador qu’on nous a volé, et préconiserait la non-ingérence dans les affaires internes des autres pays, la neutralité, la paix et la solidarité avec les nations dans le besoin.  

Ce programme est loin d’être une utopie, un rêve irréalisable. Il est sans doute proche du Parti québécois, à qui il manque un nouveau dynamisme, de l’audace, une direction énergique et un leader charismatique, et très loin de Québec solidaire qui a divisé une bonne partie des Québécois progressistes en pratiquant l’anathème et l’exclusion, en faisant des gens hier progressistes des aujourd’hui de droite.  

Un pays agréable à vivre, fier, tolérant, prospère et solidaire (QS n’a pas le monopole de la solidarité), ça vous tente pas? Un pays avec ses propres athlètes dans les championnats internationaux, qui feraient preuve d’une réelle fierté en déambulant sous notre drapeau, à l’instar des autres nations, condition sine qua non pour la victoire. Un pays avec ses artistes reconnus dans toutes les disciplines culturelles et qui seraient nos meilleurs ambassadeurs à travers la francophonie et bien au-delà.  

Je pense qu’on devrait tous se livrer, aux quatre coins du Québec, à un vaste brassage d’idées autour de ces axes-là. L’Institut de recherche sur l’autodétermination des peuples et les indépendances nationales (IRAI) pourrait très bien se charger de ce travail. On ne pourrait qu’y voir plus clair dans ce qu’il nous reste à faire pour construire le Québec à notre image.