/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pour en finir avec la vocation

Coup d'oeil sur cet article

L’une des choses qu’aura révélées la commission Laurent, c’est que les intervenants de la DPJ croulent sous les dossiers en plus de devoir composer avec un manque de moyens et une explosion des cas lourds. Des employés œuvrant dans nos hôpitaux québécois, dont Albert-Pronovost, ont récemment hissé un drapeau rouge pour dénoncer le climat de violence dans lequel ils doivent s’occuper de certains patients jour après jour. À cause de la pénurie de main-d’œuvre, des CHSLD composent avec un cruel manque d’effectif et voient le nombre de leurs employés en congé de maladie augmenter considérablement.  

Usés à la corde  

Décidément, rien ne va plus pour ceux qui prennent soin de nous à l’intérieur du système public. Nos intervenants-es, infirmiers-ères, infirmiers-ères auxiliaires et préposés-es aux bénéficiaires n’en peuvent tout simplement plus. Ils sont usés à la corde.   

Et cette roue n’en finit plus de tourner. Alors que plusieurs tombent au combat, ceux qui restent s’épuisent. Et on leur demande par-dessus le marché de faire des heures supplémentaires pour pallier le manque de personnel. Faire toujours plus avec moins. Tel semble être le modèle de gestion à la DPJ, dans nos hôpitaux et nos CHSLD, où les heures supplémentaires ne sont plus l’exception, mais bien la norme.   

Donnons-nous les moyens  

Et ce qui m’enrage, c’est que pour excuser les conditions complètement déraisonnables dans lesquelles ces gens sont obligés de travailler à longueur de semaine, on évoque cette idée de vocation. Ce devrait être une vocation de s’occuper des enfants poqués, des malades et des vieux. Je m’excuse, mais non. Ces gens-là exercent un métier. Et on devrait leur donner les moyens de l’exercer dans la dignité.  

L’une des premières choses qu’on apprend lorsqu’on suit un cours de secourisme, c’est qu’il faut s’aider soi-même avant de porter assistance à autrui. Au tour du gouvernement d’aider ceux dont le métier est d’aider les autres.