/news/politics
Navigation

Sue Montgomery: le Contrôleur général de la Ville de Montréal porte plainte

Sue Montgomery: le Contrôleur général de la Ville de Montréal porte plainte
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La saga opposant la mairesse de Montréal, Valérie Plante, à la mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, se transporte maintenant devant le Commission municipale du Québec, après que le Contrôleur général de la Ville eut officiellement porté plainte.  

• À lire aussi: La mairesse Sue Montgomery mise en demeure par l’administration Plante 

• À lire aussi: Sue Montgomery exige que le rapport du contrôleur soit rendu public  

Le Contrôleur général a souligné vendredi, par communiqué, avoir réclamé à plusieurs reprises que la mairesse Sue Montgomery donne suite aux recommandations de l'enquête sur le climat de travail dans son arrondissement.  

Il rappelle que Mme Montgomery, qui a été exclue du caucus de la mairesse de Montréal à la suite de son «inaction» dans cette affaire, a pourtant des obligations juridiques à remplir à titre d'employeur et en tant que membre du conseil municipal de la métropole.  

«En conséquence des effets de la non-intervention de la mairesse d'arrondissement, le Contrôleur général a déposé une plainte auprès de la Commission municipale du Québec et lui a demandé d'enquêter sur ce dossier», a-t-on précisé.  

Toute cette affaire remonte au 23 septembre 2019, quand Sue Montgomery, à la suite de signalements émanant de son arrondissement, a réclamé une enquête sur le climat de travail.  

«Les enquêteuses ont obtenu l'information [voulant] qu'il y aurait eu harcèlement psychologique à l'endroit de deux employés de l'arrondissement et ont enquêté, conformément à [...] la Loi sur les normes du travail, a indiqué le Contrôleur général. Au total, 12 personnes œuvrant dans l'arrondissement ont été rencontrées, dont la mairesse d'arrondissement et la personne mise en cause pour harcèlement psychologique.»  

L’enquête a conclu «à du harcèlement psychologique à l'endroit des deux employés concernés et à des manquements importants sur l'aspect climat de travail, ainsi qu'à de l'aveuglement volontaire de Mme Montgomery», rappelle le Contrôleur général de la Ville, qui a demandé à Mme Montgomery de faire en sorte que la personne mise en cause dans cette histoire «ne soit plus en contact avec les fonctionnaires de l'arrondissement».  

Ces dernières semaines, la Ville de Montréal a fait parvenir une mise en demeure à la mairesse Montgomery. Valérie Plante a affirmé que Sue Montgomery lui «a attribué des propos complètement faux et qui n’ont jamais été tenus. Ses propos sont diffamatoires et dépassent les limites de la réalité. Je lui demande de se rétracter immédiatement».  

Sue Montgomery, qui dit n’avoir jamais obtenu de copie papier du rapport d’enquête du Contrôleur général, a répliqué par une mise en demeure envoyée au contrôleur Alain Bond le sommant de «transmettre l’intégralité du rapport d’enquête mentionné lors de la rencontre du 6 décembre 2019 et d’annuler l’intégralité des mesures mises en place par le contrôleur dans ses notes du 21 au 24 janvier 2020».