/travel/destinations/mexiqueetcaraibes
Navigation

Une Québécoise vit le rêve mexicain

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

Coup d'oeil sur cet article

Si un grand nombre de Mexicains rêvent de s’établir au Québec ou au Canada dans l’espoir d’un avenir meilleur, l’inverse peut parfois se produire. À l’occasion d’un voyage autour du monde, la Québécoise Marie-Ève Parenteau a eu le coup de foudre pour le Mexique. Depuis, elle file le parfait bonheur au pays des mariachis.  

Marie-Ève Parenteau
Photo Charlotte B.-Domingue
Marie-Ève Parenteau

« Plusieurs Mexicains me demandent souvent pourquoi j’ai choisi de rester ici. Il faut dire qu’ils ont seulement vu la neige en photo », rigole Marie-Ève Parenteau, une Montréalaise de 36 ans qui vit à Mexico depuis 2004. Ce qui devait être un simple voyage s’est vite transformé en histoire d’amour pour le Mexique et sa culture. Après un premier séjour qui l’a profondément marquée, la jeune femme est retournée dans la capitale pour terminer ses études en sciences politiques. Un poste de direction dans un festival itinérant de documentaires lui a permis de parcourir le pays et de rencontrer des gens de tous les milieux.    

Sept ans plus tard, elle a posé ses pénates à Mexico dans le quartier branché de La Roma, où elle se consacre à l’acu-puncture, en plus de gérer deux boutiques avec son amoureux, Bernardo.     

Bien que sa vie se déroule essentiellement en espagnol, elle assure ne pas avoir le mal du pays. « Je me plais à Mexico tant pour son climat que pour ses gens. J’aime aussi l’effervescence culturelle de cette ville. Il y a toujours quelque chose à découvrir. »    

<i>300 raisons d’aimer Mexico</i><br />
Marie-Ève Parenteau<br />
Les Éditions de l’homme
Photo Charlotte B.-Domingue
300 raisons d’aimer Mexico
Marie-Ève Parenteau
Les Éditions de l’homme

Un guide en l’honneur de sa ville adoptive  

La pollution, le bruit et l’absence appa-rente de structures qui caractérisent cette métropole de 20 millions d’habitants pèsent peu dans la balance en comparaison de la liberté qu’elle y ressent. « Ici, si tu as une bonne idée, tu peux la réaliser sans trop d’obstacles. Aussi, j’admire beaucoup la débrouillardise de ses habitants. Même s’ils doivent lutter au quotidien, ils se démarquent constamment par leur créativité et leur humour. »    

C’est d’ailleurs pour rompre avec les clichés véhiculés sur la capitale du Mexique que Marie-Ève Parenteau lui consacre un guide dans la collection 300 raisons d’aimer. À travers ses observations et ses coups de cœur, on découvre une ville colorée et surréaliste qui regorge de musées, d’excellents restaurants et de personnages attachants. « Je suis convaincue que Mexico réserve d’agréables surprises aux visiteurs », conclut-elle.     


Le guide 300 raisons d’aimer Mexico est disponible en librairie.  

  

« Une ville où tout est possible »    

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

Journal de Montréal : Vous résidez au Mexique depuis 2004. Qu’est-ce qui vous a amenée dans ce pays ?  

Marie-Ève Parenteau : À l’époque, j’avais décidé de partir en voyage pour un an, principalement en Europe. Partout sur ma route, je croisais des Mexicains et j’étais frappée par leur côté chaleureux. De fil en aiguille, je me suis laissé convaincre de partir pour le Mexique. Cependant, je ne connaissais personne là-bas. Quelques jours avant mon départ, j’étais à Madrid où j’ai rencontré dans un bar l’ami mexicain d’une connaissance à moi. Il était emballé par mon intérêt pour son pays et au bout d’une heure, il m’a laissé les clés de sa maison à Mexico ! (rires)    

JDM : Pas croyable ! Et quelles ont été vos premières impressions une fois là-bas ?  

MEP : Je suis restée un mois à Mexico. L’atmosphère qui se dégageait de la capitale m’a frappée. Je voyais qu’il n’y avait pas de limites à la créativité des gens et que c’était une ville où tout était possible. Cette impression ne m’a pas quittée depuis.     

JDM : Donc, vous avez eu la piqûre...  

MEP : Absolument ! De retour au Québec, j’ai cherché le moyen de retourner là-bas aussi vite que possible. Six mois plus tard, je repartais à Mexico pour un échange étudiant en sciences politiques. Ensuite, j’ai fait un stage à la Délégation du Québec. Après quoi, on m’a donné l’occasion de travailler dans un festival de documentaires, dont j’ai été la directrice pendant 7 ans. Maintenant, mon amoureux est mexicain et ma vie est ici.     

JDM : Avez-vous vécu un choc culturel ?   

MEP : Le rapport au temps est très différent ici. Si une personne organise une fête à 21 h, tu n’arrives pas à l’heure indiquée. Tout le monde sait qu’il faut arriver au minimum une heure plus tard, sinon tu risques de déranger les hôtes !      

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

JDM : Qu’est-ce qui vous plaît à Mexico--- ? C’est une ville gigantesque.  

MEP : S’il y a une chose de Mexico que j’adore, c’est la liberté de pouvoir créer. L’absence de structure donne beaucoup d’espace à l’initiative des gens. Là-bas, j’ai pu faire fonctionner un festival de documentaires sans trop d’obstacles alors que j’étais dans la jeune vingtaine. Je dirais aussi que c’est une ville très inspirante. Ici, on ne perd pas notre capacité d’être surpris. Pour vous donner un exemple, j’ai croisé l’autre jour un homme se promener avec un zèbre dans le centre historique !     

JDM : Pourquoi avoir écrit un guide sur Mexico ?  

MEP : Lorsqu’on parle de Mexico dans les médias étrangers, il est souvent question de pollution ou de criminalité. Or les gens qui la visitent pour la première fois restent agréablement surpris. Ils découvrent une ville originale et fascinante où se dégage une grande chaleur humaine.    

JDM : Quel serait le meilleur temps pour visiter Mexico ?  

MEP : Je recommande aux gens d’y aller de la mi-février à la fin avril pour voir les arbres jacarandas en fleurs. On dirait que toute la ville est peinte en mauve.     

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

JDM : Combien de jours faut-il prévoir pour s’imprégner de la ville ?  

MEP : Étant donné que Mexico est immense et que la mobilité va au ralenti, il faut compter au minimum une semaine pour bien connaître la capitale et ses attraits. On peut séjourner dans deux quartiers pour couvrir un maximum de lieux d’intérêt.     

JDM : Pour la sécurité, faut-il prendre des précautions particulières ?  

MEP : Personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes. On adopte les mêmes précautions que dans les autres grandes villes. Les quartiers mentionnés dans mon guide sont sécuritaires et les gens peuvent les explorer sans crainte.    

  

25 fabuleuses raisons de visiter Mexico  

Difficile de savoir où donner de la tête quand on ne dispose que de quelques jours pour explorer une ville de la taille de Mexico. L’auteure du guide 300 raisons d’aimer Mexico, Marie-Ève Parenteau, dresse son palmarès personnel des 25 adresses à visiter absolument dans la capitale mexicaine. 

1. Les rues de La Roma  

Un charme fou se dégage de ce quartier à l’architecture classique de style européen où il fait bon flâner. Les rues Pomona et Flora valent absolument le détour. Elles abritent plusieurs maisons où résidait la haute société mexicaine au début du XXe siècle.     


2. Les murales de l’UNAM   

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

L’Universidad Nacional Autonoma de Mexico a de quoi frapper l’imaginaire avec les immenses murales sur la façade de ses facultés. Œuvre de l’artiste Juan O’Gorman, la sublime murale de la Biblioteca Central a été réalisée à l’aide de petites pierres volcaniques colorées et relate l’histoire du pays.     


3. El Parnita   

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

Très chaleureux et festif, c’est le resto idéal pour étirer l’heure du lunch entre amis. Tout est frais et sa propriétaire, Betty, veille à ce que tous les invités se sentent comme à la maison.         

  • Yucatán 84    

4. Mercado San Juan   

 Situé près du quartier chinois, ce marché est le rendez-vous des gourmets et des gourmands de la ville. L’endroit doit sa réputation aux produits rares qu’on y trouve et à ses comptoirs de nourriture haut de gamme.         

  • Dolores, entre Independencia et Artículo 123   

5. Les meilleures margaritas au monde   

Institution locale, le San Angel Inn a été tour à tour une hacienda, un monastère et un hôtel avant de devenir un magnifique restaurant où l’on peut déguster des margaritas sans pareilles.         

  • Diego Rivera 50   

6. Le Meroma   

La terrasse et l’accueil des chefs font du Meroma un resto incontournable dans le quartier Roma. Les saveurs du terroir sont mises en valeur avec brio.         

  • Colima 150   

7. Mercado de la Avenida Cuauhtémoc   

Chaque samedi, dès 10 h, cette artère accueille un marché d’antiquités. Pour faire les trouvailles les plus intéressantes, on discute avec les marchands et on prend son temps.         

  • Jardín Dr. Ignacio Chávez   

8. Mercado de la Ciudadela   

Ouvert tous les jours, ce marché est une excellente adresse pour trouver des trésors d’artisanat provenant de toutes les régions du pays. L’expérience est d’autant plus agréable si l’on s’y rend le samedi, alors que plusieurs couples viennent danser dans leurs plus beaux habits.         

  • Balderas, angle Emilio Donde   

9. Mercado de la Jamaica   

Ce lieu incontournable de la capitale est le plus important marché de fleurs au pays. On trouve des fleurs de toutes les variétés et même de curieux arrangements en forme d’animaux. Les fleurs se vendent au kilo et à bon prix.         

  • Guillermo Prieto 45, Jamaica   

10. Lucha libre   

Les mardis, vendredis et dimanches soirs, l’Arena Mexico accueille un gala de lutte mexicaine riche en sensations fortes. Très populaire au pays, la lucha libre se caractérise par le port du masque, élément essentiel du costume des lutteurs et par des sauts de haute voltige.         

  • Dr. Lavista 189   

11. Les mariachis   

Pour vivre son aventure mexicaine jusqu’au bout, rendez-vous à la légendaire plaza Garibaldi où se produisent tous les soirs des mariachis. Pour quelques billets, ils vous chantent une sérénade des plus romantiques.         

  • Lázaro Cárdenas 43   

12. Le temple de Guadalupe   

Patronne des Mexicains, la Vierge de Guadalupe fait l’objet d’un véritable culte dans le pays. Le grand portrait de la Vierge à l’intérieur de la Basilica de Santa Maria attire tellement de pèlerins qu’un tapis roulant a été installé pour limiter le temps de dévotion !         

  • Plaza de las Americas 1, Villa de Guadalupe   

13. Faire du vélo sur l’Avenida Reforma   

Bordée de nombreuses places et de monuments, l’avenue Paseo de la Reforma est l’une des plus agréables à parcourir. Les dimanches, l’artère est fermée aux véhicules pour faire place aux piétons et aux cyclistes. Le service de vélo-partage Ecobici permet de l’explorer à son aise.  


 14. La Catedral Metropolitana   

Édifiée sur les ruines de deux importants temples aztèques de l’ancienne cité de Tenochtitlan, cette cathédrale est un lieu riche en symboles et en histoire. Des visites de jour et de nuit permettent d’admirer, entre autres, les vestiges des pyramides au sous-sol.         

  • Plaza de la Constitución   

15. Les ruines du Templo Mayor   

Les passionnés d’histoire précolombienne ne manqueront pas de visiter le site de la grande pyramide de Tenochtitlan, lieu de cérémonie des Aztèques. Un musée des plus intéressants retrace l’histoire de cette civilisation à travers ses ruines.         

  • Seminario 8   

16. Les murales de Diego Rivera   

Le grand maître a laissé plusieurs œuvres dans la ville. Les murales qu’il a réalisées dans le palais qui abrite aujourd’hui le Secretaria de Educacion Publica sont littéralement à couper le souffle.         

  • República de Argentina 28   

17. Bosque de Chapultepec   

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

Le plus grand parc d’Amérique latine se trouve à Mexico. Divisée en trois sections, cette énorme réserve verte s’étend sur plus de 5000 hectares et comprend des musées, un jardin botanique, un zoo et aussi un lac artificiel où l’on peut louer des embarcations.     


18. Carcamo de Dolores   

Ce petit musée est un secret bien gardé du parc Chapultepec. Il comprend une murale et une fontaine de Diego Rivera représentant le dieu aztèque de la pluie. Il abrite aussi un orgue hydraulique. Une expérience sensorielle unique !         

  • Entre les avenues Constituyentes, Bosques et Periferico Norte   

19. Museo Nacional de Antropologia   

Lieu des plus captivants, ce vaste musée constitue une mine d’informations sur les premiers peuples d’Amérique en préservant les trésors des cultures précolombiennes parmi lesquelles les cultures Mexicana, Teotihuacan et Maya.         

  • Paseo de la Reforma S/N   

20. Kiosco Morisco   

Ce kiosque de style mudéjar représente à merveille l’éclectisme architectural de la ville. Il a servi de pavillon du Mexique à l’Exposition universelle de Saint-Louis, en 1904, avant de terminer son parcours dans le quartier Santa Maria la Ribera.         

  • Salvador Díaz Mirón S/N*   

21. Museo del Instituto de Geologia   

Situé dans une somptueuse demeure, ce musée abrite une importante collection de minéraux, de fossiles et de squelettes de dinosaures. On reste stupéfait devant l’imposant squelette de mammouth, découvert en 1926.         

  • Jaime Torres Bodet 176   

22. Le Contramar   

Référence de la scène culinaire de Mexico depuis son ouverture en 1998, le Contramar est synonyme d’authenticité, de constance et de passion. Mention spéciale au pay de platano, une tarte aux bananes avec de la crème fouettée.         

  • Durango 200   

23. Galeria Hilario Galguera   

Pour prendre la mesure de l’effervescence artistique de Mexico, on se rend dans la plus grande galerie de la ville. L’endroit a accueilli les expositions internationales en plus d’être la maison-mère d’artistes locaux et étrangers de renom.         

  • Francisco Pimentel 3   

24. La Venise mexicaine   

Xochimilco est le vestige du grand lac semé de petites îles sur lequel a été bâti autrefois Mexico. Pour découvrir les canaux de ce quartier lacustre, il faut monter à bord d’une trajinera, une grande barque colorée pouvant accueillir jusqu’à 20 personnes. Dépaysement garanti.         

  • Blvd. Adolfo Ruiz Cortinez, Periférico Sur S/N   

25. Les vraies Cités d’or   

Panoramic view of Mexico city.
Photo Charlotte B.-Domingue

Un séjour à Mexico ne serait pas complet sans une visite au site archéologique de Teotihuacan, qui témoigne de la puissance de l’empire aztèque. C’est à cet endroit qu’on peut admirer la pyramide du Soleil, que l’on peut grimper jusqu’au sommet, de même que la pyramide de la Lune.     


Pour plus d’informations, lire le guide 300 raisons d’aimer Mexico.