/finance/business
Navigation

La vente de feu de Bombardier se poursuit

Le fleuron québécois perd de nouvelles plumes en se départissant de sa division ferroviaire

Coup d'oeil sur cet article

La grande liquidation de Bombardier continue alors que le géant français Alstom pourrait annoncer dès aujourd’hui qu’il fait l’acquisition de la division ferroviaire du fleuron québécois en déclin.  

• À lire aussi: « Il ne faut pas répéter l’erreur de RONA »  

Après des semaines de rumeurs, Alstom mettrait bel et bien la main sur la division transport de Bombardier pour un peu plus de 9,3 milliards $, a rapporté le Wall Street Journal (WSJ), hier.     

L’usine de Bombardier à La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, construit notamment les voitures du métro de Montréal.
Photo d'archives, Philippe Orfali
L’usine de Bombardier à La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, construit notamment les voitures du métro de Montréal.

Des sources du Journal ont soutenu qu’une annonce pourrait avoir lieu dès aujourd’hui pour confirmer l’entente entre les deux géants du rail. Le quotidien Libération en France avançait même juste avant l’ouverture des marchés boursiers. Cette autre vente de Bombardier s’ajouterait à celles effectuées dans les dernières années, où le fleuron québécois s’est notamment départi de ses avions commerciaux comme le Q400, le CRJ et l’ancienne CSeries, devenue les A220 d’Airbus sous la gouverne d’Alain Bellemare.  

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

Gigantesque dette  

Malgré cela, l’entreprise était aux prises avec une gigantesque dette avoisinant les 12 milliards $. Il était devenu manifeste récemment que Bombardier cherchait à se départir de l’une de ses deux dernières divisions, soit celle des transports (trains, métro, tramways) ou des avions d’affaires (Global, Challenger, Learjet).  

Jeudi dernier, Airbus, Bombardier et le gouvernement du Québec avaient annoncé qu’une entente était survenue pour que le fleuron se retire complètement du programme A220. En cédant ses parts, Bombardier a reçu environ 785 millions $ d’Airbus, lui permettant d’éponger quelque peu sa dette.  

La transaction avec Alstom aura aussi un impact sur le bas de laine des Québécois. Selon le WSJ, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui détient 32,5 % de Bombardier Transport, a accepté de céder ses parts à Alstom en échange d’une participation dans l’entreprise française.  

La semaine dernière, le média français BFM Business laissait entendre que la CDPQ pourrait devenir actionnaire d’environ 10 % du géant.  

Appelée à réagir, la Caisse a indiqué qu’elle ne « commente jamais les rumeurs ».  

Autorité européenne  

Bombardier Transport emploie environ 1000 personnes au Québec, à La Pocatière et à Saint-Bruno-de-Montarville notamment, en plus des fournisseurs.  

Cette acquisition par Alstom créerait une gigantesque entité à même de faire concurrence à l’entreprise d’État ferroviaire chinoise CRRC. Les autorités européennes devront toutefois se pencher sur celle-ci, avant que le tout puisse aller de l’avant.  

À l’avenir, Bombardier ne serait présente que dans le créneau des avions d’affaires. C’est toutefois dans ce secteur que l’entreprise compte le plus de travailleurs au Québec, soit plus de 10 000.  

-Avec l’Agence QMI et Sylvain Larocque  

Bombardier Transport en six dates           

  • 1970 Bombardier acquiert Lohnerwerke, en Autriche. Ce fabricant de scooters et de tramways marque l’entrée de Bombardier dans le secteur du rail.1974 Bombardier obtient un immense contrat pour la production de 423 voitures destinées au métro de Montréal, les fameuses MR-73, dont certaines sont toujours en fonction. Il s’agit de son premier contrat dans le domaine du transport en commun.  
  • 2001 Après un quart de siècle de développement et d’acquisitions, Bombardier met la main sur l’allemande DaimlerChrysler Rail Systems GmbH. Ça lui permet de devenir le leader mondial dans la fabrication de trains et d’autres tramways.  
  • 2002 Bombardier déménage le siège social de son secteur transport à Berlin, afin de se rapprocher de son principal marché, l’Europe.  
  • 2010 Après des années de rebondissements, un consortium formé par Bombardier et Alstom obtient finalement un contrat pour remplacer les MR-73 du métro de Montréal. Les deux partenaires fournissent un total de 54 trains formés de voitures MPM-10.  
  • 2015 La Caisse de dépôt injecte 1,5 milliard $ US dans Bombardier Transport, ce qui lui permet de mettre la main sur 30 % de la division. Cette annonce survient après que Québec eut volé au secours de Bombardier en injectant 1 milliard $ US dans la CSeries.    

-Agence QMI   

Avions commerciaux                 

  • Vendu    
Photo Courtoisie

Le développement de la CSeries, qui a coûté 10 milliards $ à Bombardier, a presque mené l’entreprise à la faillite. Bombardier s’est complètement retiré de ce projet, la semaine dernière, après en avoir cédé le contrôle à Airbus. Dans la foulée, les programmes des appareils régionaux Q400 (à Viking Air) et CRJ (à Mitsubishi Heavy Industries) ont été vendus.             

  • Plus de 3000 personnes travaillent sur l’A220 et le CRJ à Mirabel.                  

Récréatif                 

  • Vendu    
Photo courtoisie, Motoneige Québec

Joseph-Armand Bombardier a fondé L’Auto-Neige Bombardier Ltée en 1942. Bombardier a ensuite vendu sa division de véhicules récréatifs en 2003 à Bain Capital, la famille Bombardier et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Aujourd’hui, BRP génère des revenus annuels de 5,2 milliards $.               

  • BRP a 13 000 employés dans 26 pays, dont plus de 2000 ici.                  

Avions d’affaires                 

  • Ce qu'il reste    
Photo Courtoisie, Bombardier

Bombardier présente son nouveau jet de luxe Global 7500 comme la clé de son avenir. L’industrie de l’aviation d’affaires est toutefois confrontée à un problème de surcapacité de production, ce qui amène plusieurs analystes à prédire que des constructeurs n’auront d’autre choix que de fusionner.          

  • Bombardier Aviation emploie plus de 10 800 personnes ici.                  

Bombardier Transport en quelques chiffres                    

  • Plus de 40 000 employés dans le monde.  
  • Fournisseur de matériel et de services dans plus de 60 pays et 200 villes.  
  • Environ 10 milliards $ US en commandes en 2019, un record.  
  • Un carnet totalisant 5,8 milliards $ à la fin de 2019.  
  • Des revenus bruts de 8,27 milliards $ US en 2019, en baisse de 7 % par rapport à 2018.