/news/society
Navigation

Blocus des Autochtones: «Ce serait temps de lever le blocus»

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain de la rencontre entre le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, et des membres de la communauté mohawk de Tyendinaga, le chef de Kanesatake Serge Simon est d’avis que les blocus ferroviaires devraient être levés pour laisser place aux discussions.   

• À lire aussi: Blocus ferroviaires: Trudeau annule sa visite dans les Caraïbes, réunion d'urgence lundi pour résoudre la crise 

• À lire aussi: Train de banlieue: pas de reprise du service en vue sur la ligne exo4 Candiac 

• À lire aussi: Blocus des trains: il faut rebâtir la confiance, estime Michèle Audette 

«Ce serait temps de regarder à lever le blocus et de continuer avec les discussions tout en affirmant que les blocus continueront si les gouvernements et les industries continuent de démontrer de la mauvaise foi», déclare-t-il.     

Sans la levée des blocus, le chef Serge Simon dit craindre que la solidarité des Canadiens envers les enjeux autochtones faiblisse.     

«On voit qu’il y a beaucoup de Canadiens qui sympathisent avec les problématiques des Premières Nations et on risque de voir cette sympathie s’évaporer», précise M. Simon.     

Depuis 10 jours, des manifestants autochtones bloquent routes et voies ferrées en guise de solidarité avec les chefs héréditaires de la Première Nation de Wet'suwet'en, en Colombie-Britannique. Ces chefs s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, dans le nord de cette province.     

À l’issue de la rencontre d’hier, le ministre Miller a parlé de «progrès modestes» en référence à ses efforts pour faire lever le barrage.     

Dix jours de blocus: est-ce bientôt la fin? 

Alors que des membres des Premières nations mènent des blocus ferroviaires à travers le pays depuis 10 jours, un expert en relations publiques autochtones entrevoit une sortie de crise. 

Éric Cardinal, qui suit de près la situation depuis le début de l’opposition au gazoduc GasLink, estime que la sortie du grand chef de Kanesatake, Serge Simon, marque un tournant. Plus tôt en journée, le leader autochtone a déclaré qu’il était temps de lever les blocus, tout en assurant qu’ils pourraient reprendre dans l’éventualité où les pourparlers avec l’industrie et le gouvernement seraient «de mauvaise foi». 

«Ce n’est pas banal: le grand chef Simon sait de quoi il parle et il connaît bien les enjeux. Ce qu’il dit a du poids», estime l’expert en relations publiques. 

Son sentiment pourrait être partagé par d’autres communautés autochtones ailleurs au Canada. «Je ne connais aucun leader autochtone qui soit content des barricades en ce moment. Ce qu’on voit, c’est un début de dialogue avec le gouvernement fédéral», poursuit Éric Cardinal. 

Un rapprochement 

Samedi, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, est allé à la rencontre des manifestants en Ontario. Éric Cardinal est d’avis que cette stratégie était la bonne à adopter. 

«La première chose, c’était de reconnaître que le gouvernement fédéral a une responsabilité, ce qu’il a fait», explique-t-il. 

Plusieurs ont cependant fait remarquer que le premier ministre Justin Trudeau n’a pas été encore été vu sur le terrain, préférant plutôt se prononcer depuis l’étranger. 

Si la crise se poursuit, Éric Cardinal prévient qu’il n’aura certainement pas le choix de participer aux pourparlers avec les communautés autochtones. 

«La pression va être énorme. On voit déjà les conséquences des blocus», poursuit l’expert. 

Il rappelle néanmoins que Justin Trudeau a mandaté deux ministres pour le représenter auprès des Autochtones, soit M. Miller et la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett. 

Dimanche en fin d’après-midi, le premier ministre a d’ailleurs annulé son voyage prévu dans les Caraïbes afin de contribuer à la résolution de la crise. 

Un litige qui date 

Éric Cardinal assure qu’il n’y a rien d’étonnant à la rapidité avec laquelle le mouvement d’opposition au gazoduc GasLink, dont le tracé traversait le territoire ancestral des Wet'suwet'en, s’est propagé. 

«Cet enjeu-là, ça fait plus d’un an. Pendant plusieurs mois, un mouvement d’appui s’est formé, notamment dans la société civile et les groupes environnementaux. C’est peut-être ce qui a permis de structurer une opposition ferme comme celle qu’on a vue», analyse-t-il. 

En plus des revendications de la communauté de Wet’suwet’en, plusieurs nations autochtones reprochent différents torts aux gouvernements fédéral et provincial, rappelle M. Cardinal. Des enjeux comme des revendications territoriales et la reconnaissance de droits, ancestraux ou issus de traités, sont au cœur de leurs demandes. 

Aussi, la tension entre les Autochtones et les forces de l’ordre est palpable aux alentours des barricades. Depuis le début des blocus, la Gendarmerie royale du Canada est intervenue à plusieurs reprises, parfois violemment, et a arrêté plus d’une vingtaine de manifestants. 

«Depuis 1990, c’est très mal reçu que les policiers veuillent intervenir sur leurs territoires, surtout chez les Mohawks, dit M. Cardinal. Une des raisons de [leur colère] est aussi les interventions policières et l’usage de la force.» 

– Avec Agence QMI  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.