/world/pacificasia
Navigation

Coronavirus: vol à main armée de papier hygiénique à Hong Kong

Coup d'oeil sur cet article

Des hommes à l’origine d’un vol à main armée de papier hygiénique étaient recherchés, lundi, par la police de Hong Kong, alors que les habitants se sont rués sur le papier hygiénique par crainte d’une pénurie en raison du nouveau coronavirus. 

• À lire aussi: La lenteur d’Ottawa est critiquée 

• À lire aussi: Nouveau coronavirus: des experts mondiaux se réunissent à Pékin 

Depuis une dizaine de jours, trouver du papier toilette est devenu difficile à Hong Kong en dépit des assurances du gouvernement affirmant que les approvisionnements ne sont pas touchés par l’épidémie de pneumonie virale. 

Les supermarchés ont été dans l’incapacité de se réapprovisionner de manière suffisamment rapide et de longues files de clients se forment parfois avant l’ouverture des magasins. À peine achalandés, les rayons se vident à toute allure. 

Les consommateurs se ruent de la même manière sur le riz, les pâtes ainsi que sur les produits d’entretien et les solutions hydroalcooliques. 

La police a rapporté qu’un chauffeur de camion a été braqué, lundi matin, par trois hommes devant un supermarché de Mong Kok, un des quartiers historiques des triades (mafias locales). 

«Un livreur a été menacé par trois hommes armés de couteaux qui ont volé des paquets de papier toilette pour un montant de plus de 1000 dollars hongkongais (119 euros)», a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police. 

Des images vidéo de la chaîne Now TV montrent des enquêteurs de la police se tenant autour de plusieurs palettes de papier toilette devant un supermarché. L’une d’entre elles n’est qu’à moitié remplie. 

Une hystérie collective s’est emparée des habitants de Hong Kong depuis l’apparition du nouveau coronavirus en Chine continentale, réveillant le traumatisme lié au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). 

Cet autre coronavirus avait fait près de 300 morts dans le territoire semi-autonome en 2002 et 2003. Pékin avait alors tardé à donner l’alerte et depuis, la population de ce territoire de plus de 7 millions d’habitants demeure méfiante à l’égard de la politique sanitaire du gouvernement local. 

Cette épidémie intervient alors que l’exécutif, aligné sur Pékin, connaît un taux de popularité historiquement bas après des mois de manifestations prodémocratie. 

Les autorités ont fustigé les fausses rumeurs de pénurie et assuré que les approvisionnements en produits alimentaires et ménagers demeuraient constants. 

Cette ruée vers certains produits a elle-même alimenté ce manque de produits, notamment dans les villes très densément peuplées où les commerces sont, en général, de petite superficie.