/news/consumer
Navigation

Des panneaux bleus pour le vin, la bière... et les distilleries

Ces commerces ouverts au public cinq jours pourront être affichés dès cet été

GEN-PANCARTES-TOURISTIQUES
Photo Agence QMI, Joël Lemay Il existe actuellement 9770 panneaux bleus annonçant quelque 500 entreprises.

Coup d'oeil sur cet article

SHEFFORD | Après les vignobles et les microbrasseries, voici que les distilleries auront leurs propres panneaux bleus sur les routes du Québec à partir de l’été prochain.

Ce à quoi ressembleront les affiches.
Photo courtoisie, Gérald Lacroix
Ce à quoi ressembleront les affiches.

Gérald Lacroix, de la Distillerie Shefford, était très heureux en apprenant que le logo qu’il a contribué à élaborer était enfin approuvé par l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, le ministère des Transports et le ministère du Tourisme, qui gèrent conjointement le dossier des panneaux touristiques.

« Grosso modo, il a fallu environ un an de démarches. On a dû faire plusieurs versions du logo, mais on y est arrivé », raconte monsieur Lacroix, qui s’était chargé du dossier alors qu’il était administrateur pour l’Association des microdistilleries du Québec (AMDQ).

Selon les registres de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), une soixantaine de détenteurs de permis de distillation sont recensés dans la plupart des régions du Québec. Seules les distilleries ouvertes au public au moins cinq jours par semaine pourront être affichées.

Pas pour tout le monde

Gérald Lacroix a mené le dossier à bien pour l’intérêt du milieu de la distillerie, mais il ne compte pas faire la demande d’un panneau bleu pour la sienne, qui est située à Shefford en Montérégie. 

« Nous sommes ouverts trois après-midi par semaine au public, dont le samedi, mais on ne peut pas faire plus, car dès qu’il y a de la visite on doit cesser la production et on n’a pas les moyens d’engager quelqu’un pour la boutique. »

Il faut aussi dire qu’il ne fait pas plus d’argent avec les bouteilles vendues directement à la distillerie qu’avec celles écoulées dans les succursales de la SAQ, car la majoration qui revient à l’entreprise d’État est pratiquement la même.

« Les coûts d’employés et de locaux associés à la vente sur place représentent souvent une perte d’argent », explique Jean-François Cloutier, président de l’AMDQ. Toutefois, il se fait rassurant : les distillateurs sont quand même très contents d’accueillir leur clientèle. 

Dès cet été

On devrait donc voir apparaître des panneaux bleus indiquant la présence de distilleries à partir de cet été dans la plupart des régions du Québec. 

Les panneaux bleus se trouvent sur les routes étant sous la juridiction du ministère des Transports, ainsi que sur certaines routes municipales. On en compte 9770 à l’heure actuelle, annonçant près de 500 entreprises. Les coûts, assumés par les commerces, se situent entre 1000 $ et 10 000 $.

Les distilleries peuvent dès maintenant faire la demande d’un panneau bleu auprès de l’Alliance de l’industrie touristique en remplissant un formulaire en ligne.