/sports/baseball
Navigation

Baseball majeur: Rob Manfred croit au marché montréalais

Baseball majeur: Rob Manfred croit au marché montréalais
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred, est d’avis que Montréal serait en mesure d’accueillir une formation de son circuit à temps plein. 

• À lire aussi: Baseball majeur à Montréal: de l’excitation dans l’air 

C’est ce qu’a révélé l’homme de 61 ans, dimanche, lors d’un entretien avec le quotidien «Tampa Bay Times» qui portait principalement sur la possible garde partagée des Rays entre Tampa Bay et la métropole québécoise. 

  • Écoutez l'entrevue de Réjean Tremblay à QUB Radio avec Jonathan Trudeau:

«Montréal pourrait être un marché capable de soutenir à lui seul une équipe, a affirmé Manfred. Je pense que si tu es Montréal, tu dois te poser les questions de si et quand nous allons devenir une ligue à 32 équipes. Si tu as l’opportunité d’avoir du baseball là-bas, ça pourrait être un bon plan. Alors, ils auront à prendre cette décision.» 

Le commissaire semble donc laisser entendre que si jamais Montréal et Tampa Bay partagent une équipe, cela mettrait fin aux espoirs des Montréalais qui souhaitent obtenir un club à part entière. 

En faveur de la garde partagée 

Qu’à cela ne tienne, Manfred a tout de même donné son appui au projet de garde partagée. 

«Les Rays travaillent très fort pour faire avancer ce projet vers l’avant», a-t-il dit. 

«Je ne trouve pas que cette idée est folle, a poursuivi celui qui est en poste depuis 2015. Je crois qu’il s’agit vraiment d’un effort légitime pour préserver le baseball en Floride, et ce, au bénéfice des partisans des Rays.» 

Discutant avec un média de Tampa Bay, Manfred a vraiment insisté sur son désir de garder une équipe dans la région floridienne. 

«Je suis excité par l’idée que lorsque j’aurai terminé mon mandat, je pourrais dire que le baseball a été préservé à Tampa Bay, au sens large. Si cela préserve le baseball à Tampa Bay et nous permet d’ajouter un autre marché à l’international, je vois ça comme une sorte de 2 pour 1. Ce serait une bonne chose pour tout le monde.» 

Pour un propriétaire minoritaire montréalais 

Manfred a également émis un commentaire concernant le possible achat de parts des Rays par Stephen Bronfman. 

Ce dernier avait révélé au Journal de Montréal qu’il était en négociation concernant une possible transaction. Le propriétaire majoritaire des Rays, Stuart Sternberg, a cependant indiqué qu’il n’y avait toujours pas eu de négociation, mais qu’il était ouvert à l’idée si jamais le plan de garde partagée est mis en place. 

«S’il peut faire fonctionner l’idée d’une garde partagée entre les deux villes, il voudrait assurément avoir un lien avec la communauté montréalaise en ce qui concerne la propriété de l’équipe, a dit Manfred en parlant de Sternberg. [...] Ce serait bien d’avoir un propriétaire montréalais dans ce processus et cela ne me surprendrait pas.» 

Signaux volés: Rob Manfred persiste et signe 

Le commissaire du baseball majeur Rob Manfred a défendu sa décision de ne pas avoir puni les joueurs des Astros de Houston dans l’histoire des signaux volés.  

L’homme de 61 ans fait présentement face à de nombreuses critiques, lui qui a donné une immunité complète aux athlètes, et ce, en échange de leur aide dans son enquête.  

Au final, le baseball majeur a puni les dirigeants des Astros en suspendant le directeur général Jeff Luhnow et le gérant A.J. Hinch pour la campagne 2020. La formation texane a également reçu une amende de 5 millions $ et a perdu quatre choix au repêchage.  

«Nous aurions pu faire le choix de se pencher sur les dirigeants et leur donner une sorte d’immunité, afin de découvrir comment les joueurs étaient impliqués. Quelle que soit l’insatisfaction concernant l’octroi de l’immunité aux joueurs, je pense que ce serait 10 fois pire si nous avions laissé les dirigeants tranquilles et que nous aurions ensuite tenté de punir les joueurs», a affirmé Manfred, dimanche, lors d’un entretien avec le réseau ESPN.  

Le grand patron du baseball majeur a également affirmé que s’il avait puni des athlètes, l’Association des joueurs aurait déposé des griefs, expliquant que la faute revenait à Luhnow.  

En effet, lors de la saison 2017, le baseball majeur a remis une note de service aux dirigeants de ses équipes, afin de leur rappeler les règles concernant l’utilisation de la technologie vidéo. L’ancien DG des Astros n’en aurait pas fait mention à ses joueurs.