/news/health
Navigation

32 Canadiens atteints par le coronavirus sur le «Diamond Princess»

32 Canadiens atteints par le coronavirus sur le «Diamond Princess»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Plus d'une trentaine de Canadiens présents à bord du navire de croisière Diamond Princess, au Japon, ont été infectés à ce jour par le nouveau coronavirus COVID-19, a dévoilé, tard lundi soir, le gouvernement fédéral. 

• À lire aussi: Coronavirus : près de 1 900 morts en Chine 

• À lire aussi: Coronavirus: vol à main armée de papier hygiénique à Hong Kong 

• À lire aussi: Le Japon menacé de récession après la pire chute du PIB en 5 ans 

Ottawa a indiqué que 32 de ses ressortissants, sur les 256 à bord du navire, ont été testés positifs au virus. Les passagers du Diamond Princess ont été dépistés systématiquement pour le COVID-19 par les autorités sanitaires japonaises ces derniers jours, si bien que de nombreux nouveaux cas de personnes contaminées, mais asymptomatiques, ont été annoncés récemment.   

Cette révélation survient alors que le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, avait annoncé, plus tôt lundi, qu'un avion nolisé par Ottawa s'est envolé vers le Japon.   

«L'avion est maintenant en route pour Tokyo. L'embarquement des Canadiens est prévu mardi, heure locale, pour retour au pays. Les passagers seront contrôlés avant l’embarquement», avait tweeté le ministre Champagne.   

Ottawa avait annoncé, samedi, avoir nolisé un avion afin d'aller chercher les Canadiens coincés à bord du navire de croisière en quarantaine. Cependant, les ressortissants du Canada qui sont déjà contaminés par le virus ou qui éprouvent des symptômes ne pourront pas monter à bord de l'appareil, avait précisé le gouvernement.   

Ces croisiéristes seront transférés dans le système de santé japonais.   

Affaires mondiales Canada a précisé, lundi soir, que l'espace dans l'avion sera, avant tout, réservé aux citoyens canadiens et résidents permanents. Les membres de leurs familles qui n'auraient pas la citoyenneté canadienne pourront aussi embarquer, s'il reste de la place.   

«Si les Canadiens choisissent de ne pas revenir sur ce vol nolisé, ils devront se soumettre à la mise en quarantaine actuellement administrée par le Japon et suivre les instructions des autorités locales. Les Canadiens qui souhaitent revenir au Canada par des moyens commerciaux seront soumis à leur retour à la Loi sur la mise en quarantaine», a précisé le ministère dans un communiqué.   

Les passagers du navire ne seront pas au bout de leur peine à leur retour au pays. Après un passage à la base de Trenton, en Ontario, ils seront envoyés à l’Institut de formation NAV Canada, situé à Cornwall, où ils devront traverser une nouvelle quarantaine de 14 jours.   

Placé en quarantaine dans le port de Yokohama depuis le 3 février, le Diamond Princess est devenu un véritable foyer d'incubation pour le COVID-19. Lundi, le ministère de la Santé du Japon a fait savoir que 454 passagers et membres d'équipage ont été infectés depuis le début de la quarantaine, sur les quelque 3700 personnes à bord.