/sports/opinion/columnists
Navigation

Canadien: à Marc Bergevin de jouer

Canadien: à Marc Bergevin de jouer
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Bon, on ne s’attardera pas sur le piètre spectacle offert par les officiels. De prime abord, Dean Morton ne devrait pas mériter le droit de participer aux séries éliminatoires. Pas après son comportement lors du match entre le Canadien et les Stars de Dallas. 

Claude Julien devra-t-il contribuer à la caisse de la Ligue nationale pour les propos tenus après le match ? 

Possible. 

Mais, pourquoi les arbitres ont-ils droit à l’immunité ? 

S’ils jouent un rôle important dans un match, pourquoi sont-ils à l’abri des critiques ?   

Pourquoi un entraîneur doit-il garder le silence ou encore modérer ses propos à la suite d’une mauvaise performance ? 

Les joueurs n’échappent pas aux critiques. 

Les entraîneurs n’échappent pas aux critiques. 

Quand les arbitres de la NFL cafouillent, les décideurs le disent et reconnaissent les erreurs commises par ceux qui appliquent les règlements. 

Cela dit, ça n’explique pas le résultat de samedi. 

Lutter pour sa survie 

Le Canadien lutte pour sa survie. Il avait les Stars dans les câbles avec une priorité de 3 à 0. Les partisans jubilaient, on s’amusait ferme au Centre Bell. 

Puis, encore une fois, le Tricolore a plongé dans l’indiscipline, il a manqué de jugement sur certaines séquences, invitant les Stars à participer à la fête. 

On connaît les conséquences de cette autre défaite. 

N’avait-on pas suggéré que c’était une semaine qui déterminerait quel parcours allait emprunter Marc Bergevin ? 

On croyait que cinq points sur huit allaient permettre aux joueurs du Canadien de rêver. De croire qu’ils pourraient réaliser l’impensable. Or, ils ont récolté un point sur huit, n’ont pu profiter de la médiocrité des Panthers de la Floride et réduire l’écart. 

Maintenant, quand ils consultent le classement, les décideurs du Centre Bell réalisent qu’ils n’ont pas d’autres options que de préparer la prochaine saison et, comme premier tremplin, il y a cette période où l’on peut modifier les effectifs. 

À Marc Bergevin de jouer. 

La stratégie 

Quelle stratégie entend-il déployer ? C’est bien connu que la date limite pour confirmer les derniers transferts au niveau des effectifs n’est pas toujours la période appropriée pour jeter les bases sur les objectifs de la prochaine saison. 

C’est pendant l’entre-saison qu’on trouve des oreilles bien attentives à toutes suggestions pouvant mener à des négociations intenses impliquant plusieurs joueurs. 

Cela n’empêchera pas Bergevin de tâter le terrain. Il doit savoir ce que le marché lui propose. Il doit modifier sa vitrine. Il doit créer un intérêt pour les effectifs qu’il possède et si ça ne fonctionne pas, il pourra revenir à la charge pendant l’été. 

Il y a des joueurs qui, à première vue, ne devaient pas être dans la vitrine.   

Bergevin a même établi les règles du jeu en affirmant que Carey Price et Shea Weber étaient des intouchables, ajoutant que Brendan Gallagher bénéficiait d’une solide protection. Le statut de Jeff Petry a possiblement nécessité une nouvelle évaluation devant les nombreuses blessures de Weber, notamment la dernière. Tomas Tatar veut demeurer à Montréal, ça mérite considération, d’autant plus qu’il est le seul jusqu’à maintenant à avoir atteint le plateau des 20 buts. Gallagher en a 19. Phillip Danault mérite qu’on lui présente une offre intéressante dans quelques mois. 

Le statut de Domi 

Mais le statut de Max Domi invite à la réflexion. Celui de Ilya Kovalchuk également. Jonathan Drouin n’est pas sans causer de soucis, lui qui n’a disputé que 23 matchs cet hiver.   

Il reste huit jours avant de modifier les effectifs. Bergevin sera-t-il un acteur important ? 

Il l’aurait été si son équipe avait relevé le défi de la dernière semaine. Maintenant, il pourra toujours se libérer de quelques contrats, de joueurs de soutien. Protégera-t-il des actifs comme les trois jeunes joueurs évoluant avec le Rocket de Laval ? Sans doute. 

Mais, si une équipe lui faisait une offre qui comblerait une lacune en défense, se laisserait-il tenter d’échanger Domi ? 

Pourquoi pas ? 

La prochaine semaine s’annonce fort intéressante. Pas pour les résultats sur la surface de jeu, mais bien au niveau du plan de match des décideurs. 

La prochaine séance de repêchage s’annonce particulièrement enlevante d’autant plus qu’elle se déroulera sur le plancher du Centre Bell.   

À quel rang se fera entendre le Canadien ?