/news/currentevents
Navigation

Éric Salvail ou la chute brutale d’un empire

Coup d'oeil sur cet article

C’est aujourd'hui que va s’ouvrir le procès de l’ancien animateur et producteur Éric Salvail, qui est accusé d’agression sexuelle, de harcèlement criminel et de séquestration pour des événements qui se seraient déroulés en 1993.   

Retour sur les faits, mais aussi sur la chute brutale d’un empire.         

Agression sexuelle, séquestration de harcèlement        

Dans la foulée du mouvement #MoiAussi, l’automne 2017 sera marqué par une vague d’allégations d’inconduite sexuelle envers Salvail.         

Le 18 octobre, 11 personnes affirmaient avoir subi ou avoir été témoins d’inconduites sexuelles de la part de l’animateur dans le quotidien La Presse.           

Le 19 octobre 2017, éclaboussé la veille par ces allégations, l’animateur et producteur Éric Salvail annonçait prendre une «pause professionnelle de quelques jours [pour] faire le point sur les événements».         

«J’ai du travail à faire», écrivait d’entrée de jeu l’animateur. «Pour vrai. Peu importe quand, comment et dans quelles circonstances j’ai souvent agi de manière inappropriée, j’ai la responsabilité de ces comportements déplacés», poursuivait-il.          

«Un peu comme un alcoolique peut consulter pour ne plus avoir de consommation déviante et pour comprendre celle-ci autant que ses conséquences, c’est ce que je dois faire pour mes propres comportements avec des spécialistes en la matière. Comme des alcooliques peuvent se redéployer dans la sobriété, c’est clairement le défi qui m’attend», avait-il déclaré à l’époque.        

Le 23 octobre 2017, trois plaintes pour agression sexuelle étaient déposées au SPVM contre l’animateur déchu.         

Le 15 janvier 2019, le Service de police de la Ville de Montréal rencontrait Éric Salvail en lien avec des accusations de nature sexuelle. Un mandat d’arrestation était alors lancé contre l’ex-animateur pour des faits qui se seraient produits entre le 1er avril 1993 et le 30 novembre 1993.         

Le 15 février 2019, l’ex-animateur brillait par son absence lors de sa première comparution. Au terme de son enquête préliminaire, du 30 septembre au 1er octobre 2019, le juge tranchait: l’animateur déchu subira bel et bien un procès pour agression sexuelle.         

Photo d'archives, Agence QMI

  

Le 4 novembre 2019, Salvail choisissait de ne plus mettre son sort entre les mains d’un jury. «Nous réoptons», annonçait simplement le criminaliste Michel Massicotte au palais de justice de Montréal.         

Le procès de l’ex-animateur, accusé d’agression sexuelle, de harcèlement criminel et de séquestration doit se dérouler du 17 au 20 février 2020.        

  

La chute brutale d’un empire         

À peine les allégations d’inconduite sexuelle envers Éric Salvail dévoilées, Groupe V Média suspendait l’émission En mode Salvail.          

La société d’État annonçait rompre ses liens d’affaires avec Éric Salvail, après avoir initialement dit qu’elle voulait «réévaluer ses liens d’affaires avec l’animateur et producteur».         

Du même coup, plusieurs entreprises et annonceurs annonçaient mettre fin à toute relation d’affaires avec lui. C’est le cas pour McDonald's, Metro et Air Transat.         

Quelques jours plus tard, l’animatrice et productrice Julie Snyder déclarait sur sa page Facebook que sa compagnie, Productions J, «s’engage à ne plus collaborer avec Juste pour rire et Salvail & Co.; aussi longtemps que Gilbert Rozon et Éric Salvail seront actionnaires ou propriétaires de ces entreprises, Productions J n'acceptera plus de travailler avec ces compagnies».         

Le 24 octobre, Salvail cédait la totalité de sa boîte de production Salvail & Co. à de proches collaborateurs, dont l’entreprise Media Ranch.         

En août 2018, un recours de 720 000$ était déposé contre Savail par un groupe d’ex-employés de l’émission En mode Salvail pour des salaires impayés.          

  

  

Une victime marquée à vie         

D’avril à novembre 1993, Salvail, alors inconnu du grand public, aurait posé des gestes à caractère sexuel non désirés à l'endroit de Donald Duguay. Aujourd’hui âgé de 44 ans, Donald Duguay fera face à son agresseur présumé dès lundi au palais de justice de Montréal.         

Dans une entrevue accordée à TVA Nouvelles en mars 2019, Donald Duguay n’entrera pas dans les détails de ce que Éric Salvail lui aurait fait subir, l’homme ne tombera jamais dans le scabreux. Il veut plutôt dénoncer son agresseur présumé. «Quand je pense à lui, je pense à mon agresseur et non pas à la personnalité publique», souligne-t-il.         

  

  

C’est alors qu’il travaillait au service du courrier de Radio-Canada, tout comme Éric Salvail à l’époque, que les gestes à caractères sexuels non désirés auraient commencé à l'endroit de Donald Duguay.          

Salvail aurait à plusieurs reprises, sur une période de sept mois, commis des actes répréhensibles.         

M. Duguay explique qu’au cours des 25 dernières années, il est passé par toutes les phases liées au choc qu'il a subi; sa vie a été littéralement chamboulée depuis 1993. Il a senti de la tristesse, puis de plus en plus de pensées noires sont venues le tarauder. La dépression l’a envahi. Il a même vécu des épisodes suicidaires. Il a consulté des psychologues et des psychiatres ne sachant trop ce qu’il advenait de lui et ce qui provoquait son mal-être.         

Par mécanisme de protection, la mémoire de Donald Duguay aurait enfoui son agression présumée. L’électrochoc est survenu à l’automne 2017 quand les allégations à l’endroit d’Éric Salvail ont commencé à sortir dans les médias. En cinq jours, Donald Duguay a su qu’il était dans son esprit une victime de la vedette de la télévision québécoise. Il a porté plainte au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) contre Éric Salvail.         

«J’ai fait ma vie durant 25 ans, je n’étais pas caché dans le noir à attendre un moment de revanche [...], à ruminer. Je ne pensais pas que ça avait eu tant d’impact dans ma vie. Quand tout explose et que le choc post-traumatique apparaît... Je prends beaucoup de médications, je tremblote», informe Donald Duguay se montrant à la fois vulnérable et fort.        

  

Une carrière bâtie sur deux décennies          

Le 18 octobre 2017, Éric Salvail perdait son micro et son plateau de télé, en plus de voir l’empire, qu’il avait mis plus de deux décennies à construire, s’écrouler en quelques heures.         

Avant d’être à la barre de son propre talk-show, Salvail a été animateur de foule dès 1993 pour plusieurs émissions, notamment Poing J, L’Écuyer et Km/h.          

Le passionné de télévision va ensuite devenir chroniqueur sur le plateau de plusieurs émissions, en plus de coanimer Le brunch de Maman Dion de 1999 à 2002.         

L’année suivante, Savail devient l’un des trois concepteurs, mais surtout l’animateur d’Occupation Double, l’émission de téléréalité la plus écoutée de l’année, avec plus de 2,5 millions de téléspectateurs chaque semaine. En 2004, l’émission va remporter le Gémeau pour la meilleure téléréalité.          

Au printemps 2005, Éric Salvail va animer le 20e Gala MetroStar (maintenant le Prix Artis). Puis, de 2006 à 2013, l’animateur va enchaîner plusieurs émissions à TVA: On n’a pas toute la soirée, Dieu merci! et Fidèle au poste.         

De 2013 jusqu’en 2017, quand les allégations d’inconduite sexuelle vont être dévoilées, l’animateur recevait sur le plateau d’En mode Salvail des vedettes quatre soirs par semaine. Parallèlement à son talk-show, Salvail a animé pendant trois saisons Les recettes pompettes. Le livre Recettes pompettes, qui devait paraître en novembre 2017, n’aura finalement jamais été lancé.          

Geneviève Pettersen a discuté de l’importance de l’opinion publique et du traitement médiatique dans un tel procès avec Victor Henriquez, expert en gestion de crise.

En plus de ses succès télévisuels, Éric Salvail a eu une brillante carrière à la radio. Depuis 2004, Salvail a été chroniqueur, coanimateur et animateur de plusieurs émissions. Il était animateur de l’émission Éric et les fantastiques à Rouge FM jusqu’au 18 octobre 2017.          

La carrière d’Éric Salvail s’est même poursuivie sur les grands écrans, quand il a obtenu le rôle de Richard dans le film Hot Dog, de Marc-André Lavoie, sorti en 2013.          

Au cours de sa carrière, Éric Salvail aura remporté plusieurs prix Artis et Gémeaux pour son talent d’animateur, en plus de se voir décerner le prix de personnalité masculine de l’année au Gala Artis en 2017. C’était le 15 juin 2017, quelques mois avant que la carrière de l’animateur s’effondre d’un coup.