/news/currentevents
Navigation

Un «être extrêmement vulgaire»: témoignage choquant au procès d’Éric Salvail

Le plaignant a décrit Éric Salvail de façon peu élogieuse à l’ouverture de son procès pour agression sexuelle

Coup d'oeil sur cet article

L’homme qui a porté plainte contre Éric Salvail l’a décrit hier comme un « être extrêmement vulgaire » et « grivois », saisissant chaque occasion pour lui faire un commentaire « salace », allant jusqu’à tenter de le violer dans une salle de bain de Radio-Canada.   

• À lire aussi: L’autodestruction d’Éric Salvail  

• À lire aussi: Éric Salvail ou la chute brutale d’un empire  

« Ça a duré quatre ou cinq minutes, mais c’est probablement la pire expérience de ma vie. J’ai échappé au viol de presque rien », a relaté avec assurance le plaignant Donald Duguay devant une salle comble.      

Le plaignant Donald Duguay à son arrivée hier au procès de l’ex-animateur Éric Salvail, au palais de justice de Montréal
Photo Ben Pelosse
Le plaignant Donald Duguay à son arrivée hier au procès de l’ex-animateur Éric Salvail, au palais de justice de Montréal

L’homme de 47 ans a raconté des scènes choquantes et crues à l’ouverture du procès de l’ex-animateur et producteur Éric Salvail, qui est inculpé d’agression sexuelle, de séquestration et de harcèlement.       

  • Le journaliste Félix Séguin est revenu sur le dossier à l'émission Dutrizac sur QUB Radio:  

Tiré à quatre épingles, l’accusé de 50 ans est arrivé au palais de justice de Montréal avec son avocat, sans faire de commentaires aux médias présents.      

Pendant un peu moins de deux heures, Donald Duguay a décrit les huit mois où il a dû côtoyer Salvail dans le cadre de son travail au service du courrier de Radio-
Canada, entre avril et novembre 1993.      

« Les problèmes ont commencé avec M. Salvail le premier matin », a résumé le plaignant au juge Alexandre Dalmau.      

Assis bien droit au premier rang, vêtu d’un complet marine, l’ex-vedette du petit écran a écouté attentivement le récit de son ancien collègue, en prenant des notes. Il avait un air sérieux, mais décontracté.      

Décrit comme un « être extrêmement vulgaire », l’accusé ne semblait aucunement stressé, allant même jusqu’à boire un Red Bull pour se donner de l’énergie.      

Éric Salvail
Photo Ben Pelosse
Éric Salvail

  

« Beau p’tit cul »  

M. Duguay a affirmé que Salvail lui faisait régulièrement des commentaires vulgaires sur son postérieur. « T’as un beau p’tit cul, toi », aurait-il notamment lancé.      

Les deux hommes étaient dans la vingtaine, et l’accusé était inconnu du public.      

Les « offres sexuelles » se seraient transformées en gestes déplacés, a décrit le plaignant en réponse aux questions de Me Amélie Rivard, de la Couronne.      

Salvail n’aurait pas hésité à « ramasser le fessier [de M. Duguay] à deux mains », arguant que ce n’était qu’une blague lorsque celui-ci s’est vexé.      

Masturbation au bureau  

Les avances se seraient toutefois poursuivies, voire amplifiées.      

À une occasion, l’accusé aurait carrément sorti « sa verge dans sa main droite » et se serait masturbé devant M. Duguay.      

Les gestes déplacés de Salvail auraient connu un point culminant en octobre 1993.      

L’animateur déchu aurait rejoint le plaignant dans une salle de bain et aurait tenté de lui enlever les pantalons disco « très moulants » qu’il portait pour l’Halloween.      

« Ce costume-là te fait un beau p’tit cul, je sais que tu fais exprès », lui aurait-il lancé.      

L’accusé aurait plaqué M. Duguay contre un mur, entraînant une bousculade.      

Les pantalons descendus aux chevilles, Salvail aurait alors dit au plaignant qu’il allait « finir par l’avoir un jour ».      

M. Duguay en aurait parlé à des proches à l’époque, mais il n’a porté plainte qu’en 2017, après un reportage de La Presse sur des inconduites reprochées à l’ex-animateur.      

Défense théâtrale  

Michel Massicotte.
Avocat 
d’Éric Salvail
Photo MARTIN ALARIE
Michel Massicotte. Avocat d’Éric Salvail

Contre-interrogé par Me Michel Massicotte, de la défense, le plaignant a continué de témoigner avec aplomb, ne semblant pas ébranlé.      

D’une voix forte, tantôt agressive tantôt théâtrale, le criminaliste a bombardé le témoin de questions portant notamment sur des détails tels que l’emplacement des différents locaux de Radio-Canada et le nombre d’urinoirs dans une salle de bain.      

Michel Massicotte a tenté de soulever une contradiction en suggérant que Salvail n’était pas employé du département du courrier durant une partie des crimes allégués, ce que le plaignant a réfuté.      

Le procès se poursuit ce matin.      

Ce que Salvail aurait dit à Donald Duguay  

« T’es sûr que tu veux pas un petit quicky [une petite vite], ce serait bon. Je sais que tu en as envie. »      

« Regarde, j’en ai une grosse. Tu vas aimer ça. »      

« Porte pas plainte, c’est juste des blagues. »      

Ce que Donald Duguay aurait dit à Salvail  

« Je ne peux pas t’empêcher de parler, mais je ne veux plus jamais que tu me touches. »      

« Je ne veux rien savoir de toi. »      

« Toé mon tabarnac, si je te la pogne, je te l’arrache. »