/lifestyle/columnists
Navigation

Le silence des hommes d’autrefois

Coup d'oeil sur cet article

Je suis mariée à un homme muet depuis 40 ans. Ça ne m’avait jamais dérangée pendant notre vie active puisqu’entre mon travail à l’extérieur, l’éducation et le soin des enfants ainsi que le travail domestique, je n’avais pas une minute pour moi. Quand les enfants sont partis de la maison j’étais tellement épuisée que je me suis consacrée à une remise en forme personnelle qui captivait toutes mes énergies. 

Et rendus à 65 ans, nous avons pris notre retraite presque au même moment. Et c’est là que je me suis rendu compte de la platitude de notre vie de couple. On est deux étrangers qui vivent côte à côte. J’aimerais me retrouver au bout du monde alors que lui rêve de sa balançoire dans son jardin et de son lazy boy devant sa télévision en hiver. Je n’ai pas envie de me lancer dans un divorce à cause des enfants, mais je ne sais pas combien de temps je vais toffer ça sans faire une crise de nerfs ou tomber en dépression.

Une femme parmi tant d’autres

Pourquoi ne pas prendre votre destinée en main pour vous procurervous-même le bonheur espéré ? En vous inscrivant par exemple à des cours pour parfaire vos connaissances ou encore en développant des talents endormis ? Il y a plein d’organismes qui manquent de bénévoles.  Vous avez certainement une ou des amies avec qui vous pourriez renouer pour faire des activités valorisantes. Faites une liste de ce qui serait susceptible de vous passionner et vous allez certainement trouver matière à faire renaître en vous l’étincelle de vie pour combler le vide actuel. Bonne chance !