/news/society
Navigation

Maison saccagée: l’éviction de la locataire de Saint-Calixte est confirmée

La femme souhaitait faire casser la décision à son endroit à la Régie du logement

CuisineSalleManger0092
Photo d’archives, Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

La Régie du logement a refusé de revoir sa décision qui a mené à l’éviction de la locataire, qui aurait complètement saccagé une maison à Saint-Calixte.

« Je ne m’attendais à rien d’autre, mais c’est certain que ça ne me redonnera pas ma maison », explique la copropriétaire de l’immeuble, Nathalie Duchesne, qui semble soulagée.

Geneviève Thibault-Lanthier a été évincée le 21 janvier de la maison qu’elle louait rue Sylvain, à Saint-Calixte, dans Lanaudière. La Régie du logement avait donné l’ordre parce que la propriété était insalubre.

Des plafonds et armoires avaient été arrachés, il y avait des trous un peu partout dans les planchers, des murs de soutènement avaient été démolis et le sol était recouvert de déchets.

Lundi, la Régie a rejeté la demande de rétractation de la décision d’éviction formulée par Mme Thibault-Lanthier. 

CuisineSalleManger0092
Photo courtoisie

Laver sa réputation

La femme avait demandé une demande de rétraction. Elle soutenait ne pas avoir été mise au courant qu’il y avait audience sur son éviction et qu’elle aurait souhaité livrer ses arguments.

La régisseuse Marie-Louisa Santirosi ne semble pas avoir admis les arguments de la locataire.

Lors de l’audience qui a eu lieu le 11 février à Joliette, Geneviève Thibault-Lanthier a aussi tenté de laver sa réputation. Elle soutenait que le jugement comportait des faussetés. 

La propriétaire Nathalie Duchesne, dans la cuisine de sa maison de Saint-Calixte qui a été saccagée pendant que Geneviève Thibault-Lanthier était locataire.
Photo d’archives
La propriétaire Nathalie Duchesne, dans la cuisine de sa maison de Saint-Calixte qui a été saccagée pendant que Geneviève Thibault-Lanthier était locataire.

Toutefois, après avoir relu le jugement, Mme Thibault-Lanthier a convenu qu’elle avait probablement confondu des commentaires sur les réseaux sociaux avec les écrits de la régisseuse.

« Plus jamais je ne vais louer [une propriété]. Même si tu arrivais en robe de mariée ou avec un an d’avance de paiement de loyer, oublie ça », indique Nathalie Duchesne.

Échaudée par l’expérience, elle se prépare à mettre en vente la demeure qu’elle habite afin de couvrir les frais liés à la maison qu’elle louait.

« Les coûts de reconstruction sont équivalents au prix de la maison. Il faut tout refaire. La toiture, l’électricité, la plomberie, etc. On va devoir démolir », conclut Mme Duchesne.