/news/currentevents
Navigation

Meurtre d'une Québécoise à Cuba: ses proches veulent qu’Ottawa s’impose

Le corps de la Québécoise a été trouvé le 30 janvier

PH-Facebook
Photo tirée de Facebook Nathalie Fraser, tout sourire avec son conjoint, le principal suspect du meurtre.

Coup d'oeil sur cet article

Des proches de la quinquagénaire sauvagement assassinée à Cuba, en janvier, trouvent « honteux » que le gouvernement canadien agisse de façon « passive » dans cette affaire.  

• À lire aussi: Québécoise assassinée brutalement à Cuba  

« C’est honteux. On dirait qu’ils ne veulent pas s’en mêler », laisse tomber Alexandre Plourde, 20 ans.   

Il est le fils de Nathalie Fraser, froidement tuée à Cuba, dont le corps a été trouvé dans une décharge, le 30 janvier.  

Les proches de la mère de 52 ans avaient été alertés quelques jours plus tard des mystérieuses circonstances dans lesquelles cette dernière était décédée. Sa dépouille reposait dans une valise lors de la découverte. Son conjoint, Leonel León Nuviola, un résident de 39 ans de Matanzas, près de Varadero, aurait rapidement été mis en état d’arrestation.  

Silence radio  

Depuis, c’est le silence radio, déplore la famille. « On savait qu’avec Cuba, ce ne serait pas facile. Mais là, ça fait près de trois semaines et le corps n’a pas encore été incinéré, s’attriste le fils de la victime. Au gouvernement canadien, on nous dit une chose et son contraire. Il y a un flagrant manque de communication. »  

Selon les informations qu’il a obtenues, l’autopsie serait complétée. Or, la date du meurtre n’a pas encore été déterminée.  

Les démarches de rapatriement sont laborieuses depuis que les proches ont demandé une mèche de cheveux de la défunte. « On a fait une demande. Cuba n’a pas voulu, mentionne M. Plourde. Maintenant, le processus est complètement arrêté. »   

« C’est inhumain, ce qu’on nous fait. On ne peut pas vivre notre deuil », souffle-t-il.  

Le jeune homme déplore aussi de ne pas connaître la suite du sort du suspect.  

« On sait qu’il a été arrêté et qu’il serait en prison. Rien d’autre jusqu’à présent. »  

Il espère que le Canada, qu’il trouve « passif » pour l’instant, puisse mettre de la pression sur les autorités cubaines.