/sports/baseball
Navigation

Un complexe, deux ambiances

Camp Astros de Houston
Photo Mathieu Boulay La conquête de la Série mondiale de 2017 est en évidence sur le logo géant des Astros de Houston à l’entrée du complexe d’entraînement en Floride.

Coup d'oeil sur cet article

WEST PALM BEACH | On assiste à une scène particulière au complexe FITTEAM Ballpark of the Palm Beaches cette année. Les Astros de Houston et les Nationals de Washington, finalistes de la dernière Série mondiale, cohabitent dans le même complexe d’entraînement qui a été inauguré en 2017. 

Le représentant du Journal de Montréal a eu la chance d’aller faire un tour dans les vestiaires des deux formations, hier. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a eu droit à deux univers opposés. 

Chez les Nationals, tous les gens rencontrés dans leur superbe vestiaire avaient le sourire aux lèvres.
On a été témoins de plusieurs accolades et de plusieurs blagues entre les joueurs. 

Le climat était détendu et les joueurs demandaient même des nouvelles sur la vie personnelle des journalistes. Pas de doute. Ils sont encore dans l’euphorie du premier titre de leur concession.  

La lourdeur des Astros

Du côté des Astros, le climat était à l’opposé. On a perçu une lourdeur qui est typique chez une équipe qui traverse des moments très difficiles. 

Les sourires étaient forcés et les joueurs n’étaient pas très volubiles. La plupart étaient absorbés par leurs cellulaires et il y avait un silence sur fond de malaise. 

La formation texane est dans un tourbillon peu commun depuis deux mois. Et il n’est pas sur le point de prendre fin. Les amateurs des équipes adverses ont l’intention de prolonger leur calvaire durant la saison régulière. 

La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont trouvé le bon entraîneur pour remplacer A.J. Hinch. Dusty Baker est le candidat idéal pour naviguer dans cette situation qui est loin d’être évidente.