/finance/business
Navigation

Le détaillant La Cordée en difficultés financières

Coup d'oeil sur cet article

Propriétaire de l’enseigne La Vie Sportive dans la capitale, le détaillant La Cordée serait maintenant sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.  

«Après une évaluation exhaustive de notre situation, cette option nous permettra de redresser la situation tout en assurant la continuité de nos activités et la poursuite de la mission sociale de nos actionnaires», a indiqué mardi matin dans un communiqué l’entreprise.      

Au cours des derniers jours, la présidente du conseil d’administration Louise Bernard a transmis une note aux employés des cinq magasins de la chaîne pour les informer de la situation.       

C’est le syndic MNP qui est responsable du dossier.      

Selon nos informations, la dernière année aurait été très difficile financièrement pour l’entreprise spécialisée dans les articles de plein air.          

Les revenus de la compagnie auraient chuté de plusieurs millions de dollars et des membres dans la haute direction sont partis, notamment le président-directeur général Bertrand Dulude. Il était en poste depuis 2018.         

Transformation  

La Cordée souhaiterait maintenant entreprendre une transformation pour assurer sa santé financière. Il n’est pas possible, pour le moment, de savoir si des magasins fermeront. Et aucun licenciement n’a été annoncé.      

«Se placer sous la protection de la loi sur la faillite et l’insolvabilité ne signifie pas que La Cordée est en faillite, mais plutôt que nous nous donnons des outils pour traverser une période difficile», note la direction, ajoutant que le commerce de détail traverse une période de changements.      

En 2018, le détaillant québécois avait acheté l’enseigne La Vie Sportive à Québec. L’investissement pour rénover ce magasin dans le cadre du changement de propriétaire aurait été plus élevé que prévu.          

Photo Stevens Leblanc

Dernièrement, la direction de La Cordée a annoncé la nomination d’Emmanuelle Ouimet comme nouvelle PDG. Le détaillant a vu le jour en 1953. L’entreprise compte plus de 350 travailleurs.          

Postes en jeu  

Mardi, à l’ouverture du magasin La Cordée, près des Promenades Saint-Bruno, les travailleurs étaient avares de commentaires. Les employés d’expérience, comme les plus jeunes, ne cachaient cependant pas leurs inquiétudes à micro fermé.    

La direction du magasin n’a pas voulu que Le Journal puisse parler avec ceux-ci, préférant nous renvoyer à la firme de relations publiques embauchée par La Cordée.    

«On a des postes peut-être en jeu», a partagé une employée, qui fait partie de la trentaine de travailleurs du centre de distribution de La Cordée, situé à Montréal-Est, à une trentaine de kilomètres de là.    

«Ce matin, notre patron nous a dit de vive voix ne pas nous inquiéter. Il a dit qu’ils font des restructurations», a-t-elle laissé tomber en disant qu'elle garde espoir pour la suite.    

Compétition plus féroce  

Ce n’est pas la première fois que La Cordée fait face à des difficultés financières. En 2019, en raison d’un hiver plus difficile, la direction avait remercié une quarantaine de personnes au Québec.          

Il faut également dire qu’au cours des dernières années, la compétition s’est accrue dans l’industrie de la vente d’articles de plein air. Au Québec, le géant français Decathlon a notamment ouvert ses premières boutiques.          

Le détaillant Sports Experts a également accéléré sa croissance au cours des derniers mois avec l’ouverture de plusieurs magasins, notamment à Lévis et dans le Quartier DIX30 à Brossard, sur la Rive-Sud de la région de Montréal.          

La Cordée n’est pas la seule entreprise en difficultés financières dans son marché. La coopérative Mountain Equipment Co-op (MEC), basée à Vancouver, a aussi récemment congédié plusieurs employés dans ses 22 magasins au Canada. Au cours de la dernière année, l’enseigne a enregistré une perte nette d’environ 11,5 millions $.