/sports/opinion/columnists
Navigation

Tous aveuglés par Price

Stars c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Un peu de compétition à l’interne ferait du bien à Carey Price. Est-ce qu’on a peur de lui déplaire ou même de l’insulter ?

Coup d'oeil sur cet article

C’est pratiquement réglé, le Canadien va rater les séries éliminatoires pour une troisième fois d’affilée. Il est temps d’ouvrir les yeux et de réaliser que le plus gros problème du Canadien est devant le filet. Et je ne parle pas de Carey Price.  

Le talon d’Achille à Montréal, c’est le gardien auxiliaire et on ne semble pas prendre la situation au sérieux. Tout le monde est aveuglé par Carey Price. On se dit qu’avec lui, on est en voiture et les joueurs de la LNH appuient cette thèse en le consacrant bon an mal an comme le meilleur gardien de la ligue.  

Malheureusement, Price ne peut jouer tous les soirs et ça fait très mal au Tricolore. On parle d’amener un gros joueur de centre ou un défenseur d’impact, mais il n’y a aucun défenseur top 4 ailleurs dans la LNH qui apporterait autant au Canadien qu’un gardien auxiliaire de la trempe de Jaroslav Halak (Bruins) ou d’Anton Khudobin (Stars).  

Ce genre de gardien améliore une équipe de 10 %. Halak a déjà 15 victoires et 36 points à son actif, cette saison. Khudobin a 14 victoires et 30 points. Ça fait une méchante différence avec les Keith Kinkaid et Charlie Lindgren, qui totalisent deux victoires et sept points à Montréal.  

J’ajoute même que le Canadien serait en meilleure position, aujourd’hui, avec un duo Halak-Khudobin que Price-Kinkaid ou Price-Lindgren.  

Le Canadien se serait classé en séries l’an dernier si Antti Niemi avait fait le travail, mais on l’a mal évalué. On a fait pire l’été dernier en octroyant un contrat de 1,7 million à Keith Kinkaid, qui en arrache même dans la Ligue américaine.  

Ça m’enrage que Geoff Molson et Marc Bergevin ne dépensent pas davantage. Pourquoi ne pas payer un million de plus pour un auxiliaire de qualité ? Halak et Khudobin gagnent 2,5 millions chacun. On aurait pu avoir Khudobin ou Darcy Kuemper pour beaucoup moins, il y a quelques années. On avait aussi Devan Dubnyk.  

A-t-on peur de déplaire à Price ?  

Je me demande comment on prend les décisions à Montréal. Est-ce qu’on est si mauvais que ça dans l’évaluation des gardiens ? Est-ce qu’on est aveuglé par Price ? Est-ce qu’on a peur de lui déplaire ou même de l’insulter ?  

Lorsque Cayden Primeau a reçu une ovation au Centre Bell, le 5 décembre, on s’est empressé de le retourner à Laval. Lorsque Halak a volé la vedette à Price au printemps 2010, on l’a échangé. En 2008, on s’est débarrassé de Cristobal Huet. Price n’est pas assez défié à l’interne.  

Si Molson et Bergevin veulent participer aux séries en 2021, ça prend un deuxième gardien solide qui aidera à obtenir le meilleur de Price.  

Halak a « réveillé » Tuukka Rask à Boston en lui poussant dans le dos et en lui permettant d’obtenir des journées de repos bien choisies.  

De plus, Price est rarement à son meilleur en début de saison. La présence d’un bon second aiderait le Canadien à récolter plus de précieux points en octobre et novembre.  

Claude Julien doit être jaloux de l’entraîneur des Stars, Rick Bowness, qui a dit qu’il ne prenait jamais de mauvaises décisions avec ses gardiens. Évidemment, Ben Bishop et Khudobin font leur boulot.  

Il faut rappeler Primeau  

Est-ce qu’on va finir par comprendre l’importance majeure du deuxième gardien à Montréal ? La saison actuelle est foutue. Ma suggestion est de rappeler Cayden Primeau et de le faire jouer sur une base régulière.  

Il a 20 ans, tout comme moi lorsqu’on m’a rappelé en février 1997. Je peux vous dire que les dix matchs que j’avais joués en fin de saison (plus deux autres en séries) ont fait une grande différence dans mon développement.  

On verra si Primeau est prêt. S’il ne l’est pas, Bergevin devra se dénicher un gardien de qualité ailleurs. Il faut absolument régler ce problème. Ça saute aux yeux !  

-Propos recueilli par Gilles Moffet  

Entrefilets  

Les autres problèmes  

J’ai mis beaucoup d’accent sur la situation du gardien auxiliaire, mais ce n’est pas le seul problème à Montréal. En l’absence de Shea Weber, on a vu les carences de la brigade défensive du Canadien et l’arrivée potentielle d’Alexander Romanov ne réglera pas le dossier. À l’arrière comme à l’avant, la solution est à l’extérieur de l’organisation et Marc Bergevin devra bouger.  

Une équipe fragile  

Le match de samedi contre les Stars a démontré à quel point le Canadien est une équipe fragile et frustrée. Je veux bien croire que les arbitres ont connu des ratés, mais lorsque tu mènes par 3-0 à la maison, tu n’as pas le droit d’échapper une telle avance. C’est trop facile de pointer les arbitres du doigt.  

Shesterkin numéro un  

J’ai adoré la déclaration de l’entraîneur-chef des Rangers de New York, David Quinn, lorsqu’il a dit que son gardien recrue, Igor Shesterkin, était désormais son gardien numéro un. Henrik Lundqvist sera assurément intronisé au Temple de la renommée, mais il vieillit. Alexandar Georgiev a bien fait, mais depuis son arrivée, le 7 janvier, Shesterkin a été le meilleur gardien des Rangers. Quinn a clarifié la situation et désormais, la pression est sur Shesterkin. À lui de démontrer qu’il mérite la confiance de son entraîneur.  

Bye Bye, Bruce !  

Mon ancien entraîneur Bruce Boudreau a perdu son emploi au Minnesota. Il n’a jamais été mon préféré, car il a le don de jouer dans la tête de ses gardiens et il peut aussi perdre son vestiaire. Il demeure toutefois un bon entraîneur et les chances qu’on le revoie derrière le banc d’une équipe de la LNH sont de 50-50 à mon avis.