/qubradio
Navigation

Blocus ferroviaire: «Faudrait que le fédéral, carrément, mette ses culottes», affirme le président de Dolbec international

Pierre Dolbec
Photo Stevens LeBlanc Pierre Dolbec

Coup d'oeil sur cet article

Le président de Dolbec international, Pierre Dolbec, n’a pas mâché ses mots envers le gouvernement fédéral concernant les manifestations, un peu partout au Canada, qui paralysent le service par rail. 

«Quand j’ai vu le communiqué de presse de M. Trudeau hier, je suis tombé en bas de ma chaise. Je m’excuse là, mais: “on va prendre le temps de bien faire les choses”. Heille Calinours, on s’entend-tu qu’on va laisser faire. Ça ne marche pas, là», a-t-il mentionné à l’émission Franchement dit à QUB radio, mercredi. 

De nombreux manifestants bloquent toujours les voies ferrées aux quatre coins du pays par solidarité avec les chefs héréditaires de la Première Nation de Wet’suwet’en, qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, en Colombie-Britannique. Cette mobilisation empêche le transport de passagers et l’acheminement de marchandises essentielles comme le propane. 

ÉCOUTEZ l’entrevue de Pierre Dolbec, sur QUB radio:  

M. Dolbec explique qu’il ne souhaite «pas en arriver à la force» avec les communautés autochtones, mais il trouve «aberrant» que rien ne bouge, sachant qu’il «y a des industries qui dépendent exclusivement du chemin de fer». 

«Faudrait que le fédéral, carrément, mette ses culottes. Dire aux communautés autochtones: “regardez, on va négocier avec vous, oui, mais là, vous débloquez les [chemins de fer] et ça presse”. Ils ont le pouvoir de le faire», a laissé tomber le président de Dolbec international. 

  

  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions