/news/politics
Navigation

Blocus ferroviaires: pas d'échéancier du fédéral

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le gouvernement Trudeau n’a toujours pas l’intention d’annoncer d’échéance pour une sortie de crise aux blocus ferroviaires et dit ne pas vouloir négocier sur la place publique.  

• À lire aussi: François Legault évoque une intervention policière  

• À lire aussi: Trudeau veut une solution rapide, mais pas précipitée  

«On a un plan de match», a assuré le lieutenant du Québec Pablo Rodriguez, mercredi, avant de se rendre à une rencontre du caucus libéral.    

La veille, le premier ministre Justin Trudeau a fait une allocution officielle en Chambre pour dire qu’il s’engageait à résoudre l’impasse rapidement, mais pas de façon précipitée. Aucun plan d’action avec une échéance claire pour les négociations avec les manifestants autochtones n'a toutefois été dévoilé.    

«On ne négocie pas sur la place publique et tout le gouvernement travaille dans la même direction. On sait où on s’en va. Maintenant il faut faire la job», a martelé M. Rodriguez pour justifier le fait que ces détails n'ont pas été énoncés publiquement.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

À Québec, le premier ministre François Legault continue de s’impatienter. Mercredi, il a évoqué pour la première fois la possibilité d’une intervention policière pour mettre fin aux blocages ferroviaires au pays.    

«Ce que je compte défendre, comme position, c’est de demander à M. Trudeau de fixer un échéancier, et qu’on dise aux manifestants, si ce n’est pas défait à tel moment, bien, il va falloir agir et on va agir dans toutes les provinces», a-t-il lancé en précisant que son gouvernement a eu des discussions avec la Sûreté du Québec.    

Le premier ministre Trudeau s’est de son côté contenté de dire qu’il reconnaissait les impacts des blocus sur les travailleurs et sur l'accès à des marchandises essentielles comme le propane. «Les gens font face à des mises à pied, à des pénuries. C’est inacceptable », a-t-il dit.    

«C’est pour ça que nous allons continuer de travailler avec tout le monde pour résoudre cette situation le plus rapidement», a-t-il ajouté.    

Depuis près de deux semaines, des manifestants solidaires aux chefs héréditaires Wet’suwet’en, qui s'opposent au gazoduc Coastal Gaslink, perturbent le service par rail.    

Les premiers ministres des provinces et territoires doivent tenir une conférence téléphonique sur la situation en fin d'après-midi.    

- Avec la collaboration de Vincent Larin