/news/transports
Navigation

Carambolage sur l'A15 : une bourrasque de neige mortelle

Deux personnes ont perdu la vie et une dizaine ont été gravement blessées mercredi à La Prairie

Carambolage sur l'A15 : une bourrasque de neige mortelle
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Surpris par un véritable mur de neige qui s’est dressé devant eux tandis qu’ils circulaient à bonne vitesse sur l’autoroute 15, plus de 200 automobilistes et camionneurs ont vécu des moments de terreur, mercredi, lorsqu’ils ont été impliqués dans le carambolage monstre qui a fait deux morts et une dizaine de blessés graves.  

• À voir aussi: Le carambolage de l'autoroute 15 en images  

• À lire aussi: «Une route dangereuse», dit le maire de La Prairie 

• À lire aussi: Carambolage sur l'autoroute 15: «ce n’est pas un secteur problématique», dit François Bonnardel 

• À lire aussi: Carambolage monstre sur l'autoroute 15: «Ça me rentrait dedans comme une série d’explosions», raconte un témoin 

« On a eu un coup de vent et puis on ne voyait rien, a lancé Alexandre Comtois, un conducteur qui s’est retrouvé au beau milieu des collisions sur la Rive-Sud. Après ça, on a vu un mur de trucks. [Le conducteur en avant] a rentré dedans. J’ai réussi à me faufiler. Mon truck est intact. J’étais dans le bon spot. »      

Il se considérait chanceux dans sa malchance puisque le véhicule à côté de lui a été complètement démoli. Il s’est ensuivi un gigantesque carambolage sur environ un kilomètre, près du fleuve Saint-Laurent.      

Les conducteurs ont mis les freins et ont vu leur véhicule se retrouver à contresens, dans une bourrasque de neige.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Les conducteurs ont mis les freins et ont vu leur véhicule se retrouver à contresens, dans une bourrasque de neige.

Plus de 200 véhicules se sont trouvés coincés sur l’autoroute 15 sud, à La Prairie. Des voitures, des poids lourds, des camionnettes et même un autobus scolaire rempli d’enfants ont été réduits à de la ferraille.  

Ensoleillé  

Aux alentours de 12 h 30, les autorités ont été alertées du fait qu’un incident venait de se produire.      

Elles ne pouvaient cependant pas se douter, par un midi ensoleillé, qu’il s’agissait d’un carambolage aussi dévastateur.      

Carambolage sur l'A15 : une bourrasque de neige mortelle
Photo Chantal Poirier

Dans le secteur, de forts vents et de la poudrerie ont néanmoins compliqué la circulation. Au moment de l’accident, il y avait des rafales allant de 50 à 60 km/h, selon Environnement Canada.      

Carambolage sur l'A15 : une bourrasque de neige mortelle
Photo Agence QMI, Maxime Deland

En dépit de leurs efforts, les dizaines de secouristes dépêchés ont mis plusieurs heures à extirper les victimes des carcasses de ferraille, réparties en quatre zones distinctes de collisions.      

Les pinces de désincarcération ont dû être utilisées sur neuf véhicules, a confirmé Marc-André Breton, directeur du Service de sécurité incendie de La Prairie.      

Carambolage sur l'A15 : une bourrasque de neige mortelle
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Deux corps coincés  

Au total, environ 150 personnes ont été prises en charge et transportées dans un centre de soutien de La Prairie.      

Des secouristes ont extirpé des automobilistes coincés lors du carambolage survenu sur l’autoroute 15 sud, mercredi midi.
Photo Chantal Poirier
Des secouristes ont extirpé des automobilistes coincés lors du carambolage survenu sur l’autoroute 15 sud, mercredi midi.

Une dizaine de gens ont pris le chemin d’un des hôpitaux de la Rive-Sud, a précisé la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie. Ces établissements avaient déclenché un code « orange » en prévision d’un afflux massif de patients. Environ soixante blessés ont aussi été traités à La Prairie.      

Les corps de deux personnes décédées ont finalement été extirpés vers 18 h, après de longues heures coincés dans une carcasse. Leur identité n’a pas été révélée mercredi.      

« C’est le diesel qui coule du camion à proximité qui complexifie l’opération », avait expliqué un peu plus tôt le pompier Breton, en point de presse.      

Des reconstitutionnistes de la Sûreté du Québec ont scruté la scène pendant de longues heures afin de tenter de déterminer ce qui s’est passé.      

L’autoroute a été complètement fermée dans les deux directions jusqu’à tard mercredi soir.      

Carambolage sur l'A15 : une bourrasque de neige mortelle
Photo Chantal Poirier

Chaussée gelée  

Le ministère des Transports (MTQ) a affirmé mercredi que ce secteur n’était pas considéré comme « dangereux ». Or, plusieurs chroniqueurs à la circulation se sont prononcés autrement, mercredi.      

Un autobus a englouti le derrière d’une voiture rouge et on peut voir l’habitacle d’un camion semi-remorque mal en point.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Un autobus a englouti le derrière d’une voiture rouge et on peut voir l’habitacle d’un camion semi-remorque mal en point.

« Le bassin de La Prairie [est reconnu comme accidentogène]. Il donne au vent une emprise qui fait geler la chaussée rapidement, a commenté Patrick Benoît, de l’émission Salut Bonjour. On ajoute à ça des rafales de poudrerie, des gens qui suivent de beaucoup trop près et qui n’adaptent aucunement leur conduite. »      


L’autoroute 15 dans le secteur de La Prairie connaît un débit moyen d’environ 57 000 véhicules par jour en hiver, selon les dernières données du MTQ. 

 

Des témoignages de l’accident à glacer le sang 

Aveuglés soudainement par la neige, des dizaines de conducteurs n’ont pu éviter les collisions en série sur les voies rapides de l’autoroute 15 sud à La Prairie hier. Plusieurs automobilistes et camionneurs ont livré des témoignages troublants sur le cauchemar dans lequel ils ont alors été plongés. 

« J’ai dû foncer dans le tas » 

Une des victimes du carambolage n’a rien pu faire pour éviter la collision, mais l’homme se trouve extrêmement chanceux de s’en être sorti sans égratignure. 

« J’ai dû foncer dans le tas. Pis après on entendait les bang, bang, bang des autres véhicules. Tous les sons des collisions, c’était épouvantable. C’était un chaos total », a relaté Philippe Vincent, rencontré au Centre multifonctionnel Guy-Dupré, où les gens impliqués dans l’accident étaient accompagnés.  

Comme plusieurs témoignages, il affirme que « la visibilité est devenue nulle tout d’un coup ». 

« Je suis rentré dans le véhicule en avant de moi à 70 km/h environ. Toutes les voies étaient pleines. Je n’avais pas d’échappatoire, je n’avais rien pour me sauver, a raconté M. Vincent. Je me trouve vraiment chanceux. » 

– Antoine Lacroix 


Deux miraculées de l’accident 

Deux jeunes filles dont la voiture se trouvait dans le secteur où le carambolage a été le plus violent sont pratiquement des miraculées car elles n’ont pas subi de blessures graves. 

Rencontrées dans une station-service à quelques pas du carambolage, Kayla Danis et Olivia Barr avaient l’air très ébranlées par ce qu’elles venaient de vivre. 

« On a dû sortir par les fenêtres parce qu’on était coincées dans la voiture. On entendait les cris des gens qui demandaient de l’aide », a confié Mme Barr, la conductrice.  

Elle avait les genoux tout amochés, avait de la difficulté à marcher et était convaincue de souffrir d’une commotion cérébrale. « Il n’y avait rien à faire pour éviter la collision. C’était trop tard », a-t-elle ajouté. 

– Antoine Lacroix